Défilé aérien : pas de seconde répétition

Une seule répétition du défilé aérien de la Fête Nationale - dont le tracé sera légèrement différent par rapport aux autres années en raison de l’intronisation d’un nouveau roi - aura suffi aux pilotes militaires pour trouver leurs marques au-dessus de Bruxelles. La seconde répétition, prévue si nécessaire pour jeudi, n’aura donc pas lieu. La première avait engendré ce mardi des retards dans les vols civils à l’aéroport de Zaventem.

Le ministère de la Défense a annoncé ce mercredi que les pilotes militaires ont eu assez d’une seule répétition, ce mardi, pour trouver leurs marques au-dessus de la ville de Bruxelles, où avions et hélicoptères emprunteront ce 21 juillet un axe légèrement différent des autres années.

Deux répétitions avaient été prévues - la seconde ce jeudi - pour permettre aux leaders de chaque formation de trouver leurs repères au-dessus de la capitale, une ville qu’il leur est normalement interdit de survoler.

Mardi, le commandant de la composante Air, le général-major Claude Van de Voorde, avait expliqué que le déplacement de la tribune royale lors du défilé de la Fête Nationale de l'autre côté de la place des Palais - en raison de l'investiture du nouveau souverain - obligeait les organisateurs du défilé aérien à modifier quelque peu l'axe de passage des appareils, un rien plus au sud, et à allonger la durée d'interdiction des vols civils autour de Bruxelles.

L'annulation de la seconde répétition doit soulager les gestionnaires de l'aéroport de Zaventem. La direction de Brussels Airport avait en effet indiqué lundi que des retards pour les atterrissages à l’aéroport international étaient à prévoir les mardi 16 et jeudi 18 juillet en raison des répétitions, mais aussi le 21 juillet à cause du trafic aérien participant au défilé.

Ce mardi, aucun atterrissage n'avait eu lieu entre 15h00 et 16h00 à Zaventem en raison de la répétition du défilé aérien.