Les routes dégradées coûtent cher à la Flandre

L’an dernier, le département flamand de Mobilité et de Travaux publics a reçu 1.611 plaintes d’usagers des routes pour des dommages encourus à leur véhicule en raison du mauvais état de l’infrastructure. Ils ont été dédommagés à hauteur de 652.133 euros. C’est 30.000 euros de plus qu’en 2011, bien que le nombre de plaintes de ce type soit en baisse.

En réponse à une question écrite du député Lode Vereeck (LDD), la ministre flamande de la Mobilité, Hilde Crevits (CD&V) a indiqué que le département Mobilité et Travaux publics de son gouvernement avait reçu l’an dernier 1.611 plaintes pour des dommages causés à des véhicules par des routes en mauvais état en Flandre.

Dans 610 cas, des dommages et intérêts ont effectivement été versés aux plaignants. Un montant total de 652.133 euros a ainsi été déboursé par les autorités flamandes. C’est environ 30.000 euros de plus que les dommages et intérêts versés aux usagers de la route en 2011.

« Bien que la population soit mieux informée sur la façon dont elle peut introduire des plaintes, nous constatons que le nombre de dossiers qui nous sont parvenus a diminué », précise cependant Hilde Crevits (photo principale). « Ce qui pourrait nous faire conclure que, lentement mais sûrement, l’état du réseau routier en Flandre s’améliore ». La ministre de la Mobilité reconnait néanmoins que le nombre de plaintes reste élevé.

En 2010 et 2011, les autorités flamandes avaient reçu, respectivement, 1.887 et 2.336 plaintes pour dommages encourus à des véhicules à cause de routes dégradées. Dans 868 et 980 cas, des dommages et intérêts avaient été versés aux plaignants. Ce qui représentait un montant total de 734.124 euros en 2010 et de 621.288 euros en 2011.

Au cours des 5 premiers mois de 2013, quelque 617 plaintes ont déjà été envoyées au département flamand compétent, dont 123 ont effectivement fait l’objet d’une indemnisation, pour un montant total de 100.846 euros.

Ces dernières années, le nombre de plaintes et d’indemnisations a toujours été le plus élevé dans la province d’Anvers, puis en Flandre orientale et en Brabant flamand.