Di Rupo proposera une démission "de courtoisie" du gouvernement

Le Premier ministre Elio Di Rupo (PS) présentera lundi au roi Philippe la démission « de courtoisie » de son gouvernement, comme le veut la tradition belge lors de l’accession au trône d’un nouveau souverain. Il est aussi de tradition que le roi refuse cette proposition.

Elio Di Rupo (PS) sera reçu en audience dès lundi par le nouveau chef de l'Etat, avant l'ensemble du gouvernement fédéral.

Lors de cette première rencontre avec le roi Philippe (photo), le Premier ministre remettra au souverain la démission de son équipe, mais "de courtoisie", pro forma en quelque sorte. Il s'agit d'un acte symbolique, d'une marque de déférence à l'égard de la monarchie. Mais le nouveau roi devrait refuser la démission de l'exécutif.

Cette procédure est habituelle en Belgique lors de l'entrée en fonction de chaque nouveau souverain. Elle avait déjà été appliquée en août 1993 après le décès du roi Baudouin et la prestation de serment de son frère, l'actuel souverain.

"On essaie très clairement de respecter la tradition, de faire exactement la même chose que lors des transmissions de pouvoir précédentes", a expliqué jeudi le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR), à des journalistes. Il a ajouté qu'il s'agissait d'un geste que devait poser le Premier ministre.