Enseignement: les départs anticipés en vacances contrecarrés

Dès la rentrée scolaire de septembre, les élèves de l’enseignement flamand ne pourront plus sécher les cours pour partir plus tôt en vacances - notamment après la fin d’une période d’examens. Le gouvernement flamand a approuvé un plan du ministre de l’Enseignement Pascal Smet (photo principale) pour lutter contre "l’absentéisme de luxe".

La discussion revient chaque année scolaire sur la table lorsque les responsables d’écoles et de l’enseignement sont bien obligés de constater que, malgré l’obligation scolaire jusqu’au dernier jour de cours et leurs mises en garde répétées à ce sujet, de nombreux parents emmènent leurs enfants en vacances avant que celles-ci n’aient officiellement commencé.

Pour les parents, ce sont souvent des considérations financières qui jouent, car un billet d’avion ou une réservation d’hôtel coûtent nettement moins cher avant le début de la saison de vacances.

Le ministre flamand de l’Enseignement Pascal Smet (SP.A) souhaitait donc mettre fin, pour de bon, à ce qui est qualifié d’ "absentéisme de luxe" et a élaboré un plan de lutte contre ce phénomène. Ce dernier vient d’être approuvé par le gouvernement flamand.

Dorénavant, les élèves qui ne viennent pas à l’école quand ils y sont attendus, après la fin des examens, devront présenter un certificat médical pour justifier leur absence. Mais pour éviter que les élèves n’aient rien à faire pendant la dernière semaine de cours - ce qui est une des justifications données par les parents qui retirent leurs enfants de l’école avant les vacances -, les délibérations seront limitées à 5 jours.

Les écoles seront aussi obligées d’organiser un accueil des élèves pendant les derniers jours de cours avant les vacances officielles.