Les cours de néerlandais gratuits prisés à Bruxelles

Si l’on en croit les chiffres du ministre flamand de l’Enseignement, Pascal Smet (SP.A), la popularité des cours gratuits de néerlandais est en hausse dans la capitale belge. Entre 2008 et 2013, le nombre d’élèves inscrits à ces leçons a doublé. Une hausse qui est sans doute due à la crise économique. Les demandeurs d’emploi tentent d’augmenter leurs chances sur le marché du travail en apprenant aussi le néerlandais.

Les leçons dites NT2 sont données gratuitement via le Centre pour l'enseignement des adultes et le Centre d'éducation de base. Le nombre d'élèves inscrits aux cours de néerlandais a presque doublé en cinq ans, passant ainsi de 6.545 élèves en 2008 à 12.358 élèves cette année.

La hausse la plus importante provient d’étudiants d’origine marocaine, dont le nombre est passé de 779 à 1.321 élèves en cinq ans, indique le quotidien De Standaard sur base des chiffres du ministre flamand de l’Enseignement, Pascal Smet.

Gunther Vanneste (photo), directeur de la Maison du néerlandais à Bruxelles, estime que cette hausse est due avant tout à l'incertitude économique actuelle. "70% des élèves profitent de l'offre, et beaucoup moins pour des raisons culturelles ou communautaires", explique-t-il.

Avec 12.000 étudiants, l'offre atteint lentement ses limites. "Les publicités de grande envergure attirent encore plus de gens, mais ce n'est pas si simple", ajoute Gunther Vanneste. "L'organisation ne peut plus suivre au niveau budgétaire. A moins que le gouvernement n’octroie encore davantage de subsides à ces cours gratuits."

Le parlementaire Paul Delva (CD&V), qui avait demandé des chiffres à Pascal Smet, plaide déjà en faveur de budgets supplémentaires à destination des cours de langue gratuits.