Delphine Boël lance une nouvelle procédure

La fille naturelle d’Albert II veut obtenir une reconnaissance de paternité. En juin, elle avait cité le roi, le prince Philippe et la princesse Astrid à comparaître, pour tenter d’obtenir leur ADN et pouvoir prouver ainsi le lien de parenté. L’abdication du roi, ce 21 juillet, a modifié la situation. Albert II ne jouit en effet plus de l’inviolabilité liée à la personne du souverain, alors que Philippe en bénéficie désormais.

Delphine Boël (45 ans) va relancer la procédure judiciaire pour prouver que le roi Albert II est bien son père biologique. C’est ce qu’a indiqué un de ses conseillers, confirmant ainsi une information parue sur le site de la RTBF.

"J'ai déposé les conclusions de désistement d'instance", a déclaré l'avocat de Delphine Boël, car il faut d'abord refermer la première procédure avant de lancer la nouvelle, qui tiendra compte du récent changement de statut de l'ex-souverain. Par son abdication, le roi Albert ne bénéficie en effet plus de l'inviolabilité liée à la personne du roi. "On recommence, mais uniquement envers la personne d'Albert II et de Jacques Boël", son père légal.

L'ouverture de la nouvelle procédure judiciaire pourrait être fixée le 3 septembre, lors de l'audience déjà prévue devant le tribunal de première instance de Bruxelles.

Du côté des conseillers du roi Albert, on "s'attendait à ce que les demandeurs changent leur procédure", mais on ne fait pas davantage de commentaires. "Pour l'instant, nous attendons car nous sommes défendeurs dans cette affaire", a ajouté un des avocats. Le Palais, lui, ne souhaite pas réagir sur "une affaire en cours d'ordre privé".

Le 17 juin dernier, Delphine Boël (photo) avait cité à comparaître le roi Albert II, le prince Philippe et la princesse Astrid devant le tribunal de première instance de Bruxelles, souhaitant obtenir l'ADN de ces membres de la famille royale pour tenter de prouver son lien de filiation avec le roi Albert. La baronne Sybille de Selys Longchamps, qui a eu une longue relation avec Albert, a indiqué qu’elle soutenait la démarche de sa fille.