Syrie: "Le retrait de la carte d’identité doit être permis"

Lors d’un entretien accordé à Radio 1 (VRT), le bourgmestre de Vilvorde, Hans Bonte (SP.A), a réitéré sa demande de pouvoir ôter les papiers d’identité des personnes soupçonnées de vouloir combattre en Syrie afin de les empêcher de partir. La semaine dernière, trois jeunes ont quitté cette commune à destination de la Syrie.

"Ce dossier a accaparé beaucoup de temps, d’énergie et d’émotion", a souligné Hans Bonte lors de l’émission "De Ochtend". "La semaine dernière, trois personnes sont parties pour la Syrie, dont une jeune fille de 16 ans", a-t-il indiqué, ajoutant qu’il s’agissait souvent de "départs impulsifs, de jeunes qui ne se sentent pas bien dans leur peau et qui décident d’un jour à l’autre de sacrifier leur vie aux combats".

Hans Bonte s’est montré inquiet face à la rapidité de radicalisation de certains jeunes, et face à la facilité avec laquelle ils parviennent à se rendre dans ce pays en guerre. "Nous devons pouvoir agir préventivement. Il serait bon de pouvoir priver ces jeunes de leur carte d’identité. L’absence de réponse du gouvernement fédéral à ce sujet m’a fortement frustré ces dernières semaines", a-t-il déclaré.

Selon le bourgmestre de Vilvorde, les pourparlers entre le gouvernement fédéral et les dirigeants des communes concernées par ces départs vont toutefois bon train. Hans Bonte critique cependant le gouvernement flamand, soulignant que celui-ci faisait preuve d’une absence totale dans la discussion.