Un fonctionnaire anti-radicalisme à Malines

La ville de Malines (Anvers) va engager un fonctionnaire chargé d’empêcher les jeunes musulmans de se radicaliser. L’information est révélée par le quotidien Gazet van Antwerpen et a été confirmée à la VRT. "En premier lieu le fonctionnaire sera chargé de faire l’état des lieux du phénomène et examiner ensuite ce qu’il y a lieu de faire à Malines".

Tout comme Anvers et Vilvorde, Malines bénéficie de subsides du ministère de l’Intérieur afin de lutter contre le phénomène de radicalisation des jeunes musulmans. A Malines, ce budget n’ira pas aux opérations de prévention existantes. "Nous faisons déjà beaucoup en matière de prévention à Malines" a déclaré Stef Christaensen conseiller en sécurité. "Mais la radicalisation est un problème complexe et nécessite des connaissances spéciales".

Dans quelques jours, la ville de Malines va donc lancer un appel à candidature pour un poste de fonctionnaire chargé de la lutte contre la radicalisation des jeunes musulmans. "En premier lieu, ce fonctionnaire devra dresser l’état des lieux du phénomène et voir ce qu’il y a lieu de faire à Malines" ajoute Stef Christaensen. "Cela touche beaucoup de domaines, l’enseignement, la protection de la jeunesse… "
Le conseiller en sécurité indique qu’il n’y a toutefois actuellement pas de problèmes graves de radicalisation à Malines. "Nous ne devons pas, bien sûr, attendre que des situations dangereuses se produisent. Nous devons agir de manière proactive". Stef Christaensen ajoute que "le radicalisme ne pose pas en soi de problème. "Cela ne devient un problème que lorsque ces idées conduisent à des crimes ou à des violations de droits de l’homme".