"Boycottons la cérémonie d’ouverture des JO d'hiver en Russie"

Des responsables politiques flamands s'inquiètent des conséquences d'une loi russe réprimant la "propagande" pour l'homosexualité à l'approche des Mondiaux d'athlétisme qui débutent samedi à Moscou et des Jeux Olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi (sud de la Russie).

Au sein de Groen, la députée Eva Brems et l'eurodéputé Bart Staes ont ainsi souhaité vendredi qu'aucun responsable politique belge ou européen ne participe à la cérémonie d'ouverture des JO de Sotchi, qui auront lieu du 7 au 23 février 2014.

Les écologistes flamands ont aussi réclamé que la Belgique fasse, par le biais des canaux européens et internationaux, pression sur Moscou pour contraindre le régime du président Vladimir Poutine de modifier cette loi.

Une délégation de Groen participera également vendredi à 18h00 à un "kiss-in" organisé devant le consulat de Russie à Anvers, a précisé le parti écologiste dans un communiqué.

Le sénateur Jean-Jacques De Gucht a pour sa part dénoncé vendredi l'attitude "laxiste" du Comité international olympique et de sa branche belge, le Comité olympique et interfédéral belge (COIB).
Jeudi déjà, le député flamand Jan Roegiers (SP.A) avait pressé le ministre flamand des Sports, Philippe Muyters (N-VA), d'évoquer la question avec le CIO et le gouvernement russe.

Ces déclarations interviennent quelques jours après les critiques de l'acteur britannique ouvertement homosexuel Stephen Fry, qui a écrit au CIO pour lui demander de retirer à la Russie l'organisation des JO de Sotchi, accusant Vladimir Poutine d'avoir fait "des homosexuels des boucs émissaires comme Hitler l'avait fait avec les juifs".

Aux termes de la nouvelle loi russe, une personne physique risque de 4.000 à 5.000 roubles d'amende (100-125 euros) pour une telle propagande, une personne dépositaire de l'autorité publique de 40.000 à 50.000 roubles (1.000-1.250 euros) et une entité juridique, de 800.000 à un million de roubles (19.000-23.500 euros). Les étrangers risquent une amende pouvant aller jusqu'à 100.000 roubles (2.300 euros) et peuvent en outre être détenus jusqu'à quinze jours et expulsés.