Ford refuse d’indemniser la ville de Genk

Le constructeur automobile Ford Europe ne veut pas payer les 60,9 millions d’euros de dommages et intérêts réclamés par la ville limbourgeoise, en compensation des pertes de revenus que subira Genk à la suit de la fermeture de l’usine, prévue pour fin 2014 au plus tard.

Le bourgmestre de la ville limbourgeoise de Genk, Wim Dries (photo), avait réclamé des dommages et intérêts de près de 61 millions d’euros au constructeur automobile Ford parce que ce dernier ne tiendra pas sa promesse de maintenir ouverte l’usine d’assemblage plus longtemps.

Selon le bourgmestre, la ville n’a pas eu assez de temps pour se préparer à cette fermeture, qui verra la disparition de 4.300 emplois au sein de l’usine-même et de plus de 5.000 emplois chez les fournisseurs et collaborateurs indirects de Ford Genk.

Ford Europe a fait savoir à la ville, via un courrier, que les dommages et intérêts ne seront pas versés et que la fermeture de l’usine est une affaire réglée. Wim Dries doit maintenant décider si la ville intentera, ou pas, une action en justice contre le constructeur automobile.

"Nous avons maintenant pris connaissance de leur position et nous allons regarder dans les prochaines semaines au sein de l'administration communale si nous décidons d'entreprendre de nouvelles démarches", a déclaré le bourgmestre limbourgeois.