Le parc automobile belge toujours plus vieux

Entre 1993 et 2012, l’âge moyen des véhicules en circulation en Belgique a augmenté d’environ 18 mois, passant ainsi de 6 ans et 4 mois à 8 ans. Plus de la moitié (52%) des véhicules ont ainsi plus de 5 ans d’âge et un quart des autos ont plus de 10 ans, indique le quotidien Le Soir.

Le vieillissement progressif du parc automobile en Belgique est souvent dissimulé par le dynamisme qui règne sur le marché du neuf, essentiellement alimenté par les voitures de sociétés. Celles-ci rencontrent en effet beaucoup de succès dans notre pays, principalement pour des raisons fiscales.

Une immatriculation sur deux est ainsi le fait d'une société ou d'un indépendant. Au sein de cette catégorie, presque la moitié des immatriculations sont réalisées par des sociétés de leasing. Ces voitures ne sont pas utilisées très longtemps. Les contrats de leasing ont généralement une durée de quatre ans, au terme desquels le bénéficiaire reçoit une nouvelle voiture.

Ce constant renouvellement facilite la pénétration rapide de voitures modernes sur le marché, qui répondent aux toutes dernières normes environnementales. Mais cela ne suffit pas pour empêcher le marché de vieillir. Ces voitures sont en effet ensuite revendues d'occasion, indique Le Soir.

Second véhicule et seconde main

Selon la Fédération belge de l’automobile (Febiac), le vieillissement du parc automobile s’explique aussi par une nette amélioration de la qualité des véhicules ces 20 dernières années, « ce qui permet de les utiliser plus longtemps », précise Michel Martens. « Un deuxième élément est que de nombreuses familles possèdent aujourd’hui une deuxième voire une troisième voiture, qui est souvent plus âgée. Ce qui fait monter l’âge moyen des voitures en circulation en Belgique ».

Le marché de la seconde main pèse également lourd en Belgique. Alors que les immatriculations de véhicules neufs ont reculé de 9,1% en cinq ans (de 2008 à 2012), à la suite de la crise, celles des voitures d'occasion ont bondi dans le même temps de 11,2%. En 2012, celles-ci représentaient pratiquement 60% des immatriculations.

Si le Belge achète moins de voitures neuves et plus d'occasions, cela a forcément un impact sur le vieillissement du parc. D'autres facteurs entrent en ligne de compte comme la fiabilité plus grande des véhicules: les moteurs sont plus robustes et les carrosseries résistent mieux à la corrosion.