De Lijn : plus de contrôles, moins de resquilleurs

Au cours du premier semestre de 2013, un million de contrôles ont déjà été effectués dans les trams et bus de la société flamande de transports en commun. C’est 75.000 contrôles de plus qu’à la même période en 2012. Le nombre de resquilleurs a légèrement baissé, passant de 3% à 2,8%. Les contrôleurs s’intéressent notamment aux tickets achetés par sms.

Au cours des six premiers mois de cette année, quelque 987.235 passagers des trams et bus de la société régionale flamande de transports en commun De Lijn ont dû montrer à un contrôleur qu’ils possédaient un titre de transport valable. Quelque 74.887 contrôles supplémentaires (+8,2%) ont ainsi déjà été effectués ce premier semestre, par rapport au premier semestre 2012.

Les contrôleurs portent notamment leur attention sur les tickets achetés via sms. Les voyageurs qui souhaitent acheter leur billet via ce système doivent en effet le faire avant de monter dans un tram ou bus. Mais souvent ils ne le font que quand un contrôleur est présent. Au total, quelque 392 procès-verbaux pour faux ticket ont été attribués. Ils donnent lieu à une amende de 150 euros.

Selon le directeur-général de la société De Lijn, Roger Kesteloot, les contrôles valent effectivement la peine d’être menés. « Pour faire baisser le nombre de resquilleurs, nous contrôlons de façon beaucoup plus intensive que par le passé. Ajouté à cela des contrôles annoncés et un certain retard dans la livraison du ticket par sms, les resquilleurs devraient être encouragés à acheter un ticket ».

« Au premier semestre de cette année, nous avons pris en flagrant délit 2,8% de voyageurs qui n’avaient pas de titre de transport valable. L’an dernier à la même époque, c’était 3%. Ce qui veut tout de même dire que 97% des voyageurs achètent un ticket ».

De Lijn annonce certains contrôles dans ses trams et bus via le réseau social Twitter ou via son propre site internet.