Les navetteurs s’accrochent à leur voiture

Une évaluation menée par le Conseil de Mobilité (l’un des organes de conseil du gouvernement flamand) révèle que le "Fonds flamand pour les navettes" n’est pas parvenu à convaincre suffisamment d’automobilistes d’opter quotidiennement pour un moyen de transport plus écologique que la voiture entre leur domicile et leur lieu de travail.

Les Flamands sont encore trop nombreux à prendre la voiture pour se rendre au travail. Plus de 70% d’entre eux font ainsi la navette en voiture. Le gouvernement flamand veut pourtant parvenir à réduire ce pourcentage et à le faire passer à 60% d’ici 2020. C’est la raison pour laquelle il alloue des subsides aux entreprises, via le « Fonds pour les navettes », afin qu’elles encouragent leurs employés à utiliser des moyens de transports plus écologiques.

Mais le système ne fonctionne pas assez bien, indique le Conseil flamand de Mobilité, qui a effectué un rapport pour le gouvernement régional. Les projets individuels soutenus par ce Fonds sont un succès, mais leur portée est trop limitée. Ce sont avant tout les petites et moyennes entreprises qui ne proposent pas assez de projets à subsidier. Le fonctionnement du Fonds doit donc d’urgence être revu, rapporte le quotidien financier De Tijd.

« Le Fonds pour les navettes est l’une des mesures possibles pour sensibiliser la population à effectuer les trajets entre le domicile et le lieu de travail de façon plus écologique. Nous voyons aussi que des projets qui ont été clôturés ont obtenu de très bons résultats », réagit la ministre de la Mobilité, Hilde Crevits (photo).

« Certaines modifications sont possibles dans la procédure d’allocation des subsides, pour arriver à de bons projets. Mais le principe de base, selon lequel les organisations d’employeurs et celles d’employés proposent de commun accord des projets à faire subsidier, devrait être maintenu », souhaite la ministre.

Le Fonds flamand pour les navettes a été créé en 2007, pour subsidier les entreprises qui encouragent leurs travailleurs à ne pas prendre la voiture pour aller travailler. Il possède un budget annuel de 10 millions d’euros.