Un facteur a gardé des centaines de lettres

L’homme, qui travaillait dans la commune d’Overijse (Brabant flamand), a été licencié par Bpost parce qu’il a conservé des centaines de lettres, au lieu de les distribuer à leurs destinataires, et les a même ouvertes. La police a découvert ces lettres par hasard, lors d’une perquisition. Elles ont entretemps bien été distribuées.
BELGA

Il s’agit d’environ 500 pièces qui ont été conservées par le facteur, entretemps licencié, depuis des cartes de vœux pour le Nouvel An jusqu’aux lettres que des enfants ont écrites à leurs parents depuis des camps de vacances. Les courriers retrouvés par la police, lors d’une perquisition, et qui étaient encore dans une enveloppe ont entretemps été distribués à leurs destinataires.

« Tous les destinataires ont reçu les lettres qui ont été trouvées au logement du facteur », assure le porte-parole de Bpost, Fred Lens, interviewé par Radio 2 Brabant-flamand (VRT). « Nous présentons nos excuses pour ce qui s’est passé, commis par l’un de nos membres du personnel. Nous avons également porté plainte à l’encontre de cet homme ».

Les destinataires qui estiment avoir été lésés ou avoir encouru des dommages en raison de la non-distribution de certaines lettres peuvent porter plainte auprès de la police. Bpost affirme que des incidents de ce genre sont très rares.