"Pas d’euphorie face à la croissance limitée"

Le ministre fédéral de l’Economie, Johan Vande Lanotte (SP.A, photo), se montre prudent face à l’annonce de la fin de la récession en zone euro. Entre avril et juin derniers, l’activité économique dans les pays qui ont l’euro pour monnaie a augmenté de 0,3%, comparé aux trois premiers mois de cette année. Le ministre met en garde contre une euphorie trop rapide, mais confirme néanmoins que des indicateurs économiques attestent d’une amélioration.

La zone euro est sortie d'une phase de récession d'un an et demi et enregistre une croissance de 0,3% au deuxième trimestre 2013, indiquent les estimations rapides publiées mercredi par Eurostat. L'économie de l'Europe des 27 (à laquelle s’est joint la Croatie au 1er juillet dernier) est également en hausse de 0,3%. Au cours du premier trimestre 2013, des taux de croissance de -0,3% et -0,1% avaient encore été enregistrés respectivement pour la zone euro et l'Union européenne des 27.

En comparaison avec le deuxième trimestre 2012, le produit intérieur brut (PIB) corrigé des variations saisonnières a enregistré une baisse de 0,7% dans la zone euro et de 0,2% dans l'UE27, contre respectivement -1,1% et -0,7% au trimestre précédent. Les résultats enregistrés ce deuxième trimestre 2013 sont meilleurs qu'attendus. Les analystes tablaient en effet initialement sur un PIB en hausse de 0,2% sur la période d'avril à juin, après six trimestres consécutifs de repli correspondant à la plus longue phase de récession de l'histoire de la zone euro.

La Banque nationale de Belgique (photo) avait déjà indiqué il y a quelques jours que l'économie belge affiche quant à elle une croissance de 0,1% au deuxième trimestre 2013.

Le ministre fédéral de l’Economie, Johan Vande Lanotte (SP.A) - qui remplace actuellement le Premier ministre Elio Di Rupo et les autres ministres du gouvernement fédéral qui sont en vacances - a néanmoins estimé ce mercredi soir qu’il était encore trop tôt pour affirmer que c’est le début d’un redressement.

Il souligne que trop de problèmes doivent encore être résolus. « Ce n’est pas le moment d’être euphorique, mais on constate tout de même une amélioration. De nombreux indicateurs économiques le confirment aujourd’hui », précisait le ministre.

Selon Johan Vande Lanotte, la Belgique doit donner une nouvelle impulsion à son économie en fabriquant des produits nouveaux et en se profilant sur de nouveaux marchés. Et elle doit garder ses finances sous contrôle. Le ministre de l’Economie a souligné que, si cela s’avérait nécessaire, le gouvernement fédéral prendrait des mesures jusqu’en mars 2014 - soit peu avant les élections législatives, régionales et européennes du 25 mai - pour garder le budget dans les rails fixés.