La reprise de cafés et restaurants s’éternise

Selon le porte-parole de l’union professionnelle Horeca Vlaanderen, les exploitants du secteur qui veulent louer ou revendre leur café ou restaurant doivent attendre de plus en plus longtemps avant de trouver un repreneur. Ils sont aussi souvent contraints de baisser leur prix, indique l’hebdomadaire De Zondag.

« L’offre dépasse la demande », explique Gerrit Budts, porte-parole de l’union professionnelle Horeca Vlaanderen dans le journal dominical. Selon lui, le fait que les gérants de cafés ou restaurants qui veulent louer ou revendre leur affaire doivent attendre de plus en plus longtemps avant de trouver un candidat repreneur est dû, en premier lieu, au climat économique actuel.

Mais l’hésitation à reprendre un café ou restaurant provient aussi de l’incertitude entourant l’avenir du secteur Horeca. « Les caisses enregistreuses électroniques vont devoir être introduites. Un certain nombre d’exploitants de cafés ou restaurants revendent leur affaire parce qu’ils ne veulent pas devoir effectuer tous ces changements. De nombreux investisseurs se montrent eux aussi réservés » devant ces changements à venir, explique Budts.

Les prix de location élevés freinent également les reprises dans le secteur Horeca. « Les prix de location restent élevés, voire augmentent, alors que le chiffre d’affaires des exploitants n’a pas augmenté ou a même diminué. Autre difficulté : les banques accordent actuellement moins facilement des emprunts. Tous ces facteurs rassemblés créent un déséquilibre », conclut Gerrit Budts.

Caisse fatale au secteur ?

L'union professionnelle Horeca Vlaanderen a fait appel à la Cour Constitutionnelle pour bloquer l'introduction du nouveau système de caisse. La caisse enregistreuse électronique fonctionne comme une caisse électronique normale, mais elle ne permet pas au gérant du restaurant ou café de faire encore des modifications d’opérations par la suite. Ce qui veut dire que toutes les opérations sont enregistrées minutieusement au fur et à mesure du retrait de chaque ticket et visibles uniquement par le fisc.

Ceci vise à empêcher les restaurateurs de frauder en faisant de fausses commandes. Le ticket de caisse remplacera la notice obligatoire pour la TVA, et le restaurateur ne pourra remettre celle-ci au client que lorsque la commande a été enregistrée dans la caisse.

Horeca Vlaanderen affirme que le secteur doit continuer à travailler partiellement en noir pour pouvoir survivre. Selon l’union professionnelle, beaucoup de restaurants feront faillite à cause de la nouvelle caisse.