Le métier d’enseignant attire à nouveau

Un nombre croissant de jeunes en Flandre veulent devenir enseignant, notamment dans une école primaire. La plupart des écoles supérieures néerlandophones ont ainsi vu le nombre d’inscriptions d’étudiants augmenter cet été par rapport aux années précédentes, surtout pour le diplôme de "bachelor" de l’enseignement préscolaire et primaire.

Certaines écoles supérieures qui proposent des formations pour les futurs enseignants dans les niveaux préscolaire et primaire ont même vu ces dernières semaines le nombre d’inscriptions d’étudiants augmenter de 20%, voire davantage, par rapport aux années précédentes. Dans les villes plus importantes de Flandre et à Bruxelles, on manque cruellement d’enseignants alors que l’année scolaire débute lundi prochain.

"Le succès de ces études et de cette profession s’explique partiellement par le fait que plusieurs articles ont paru dans les médias, qui indiquaient que d’ici 2020 on manquerait cruellement d’enseignants, pas seulement pour le secondaire et le primaire, mais aussi pour l’école maternelle", expliquait Walentina Cools, responsable de la formation à l’enseignement à l’Ecole supérieure Erasmus, ce mardi dans l’émission radio "De Ochtend" de la VRT.

"Les métiers qui offrent une plus grande sécurité d’emploi connaissent un regain d’intérêt auprès des étudiants. C’est aussi le cas pour la formation d’infirmière. Le pouvoir d’attraction du métier d’enseignant est difficile à expliquer. Chaque année, on constate des fluctuations. Il y a deux ans, c’est l’enseignement préscolaire qui était très populaire, l’an dernier la formation pour les enseignants de l’école secondaire", précise Walentina Cools.

Cette année, il semble que ce soit surtout l’enseignement en primaires, mais également en maternelles, qui attire davantage les étudiants.