Le vélo électrique a la cote

En deux ans, le marché du vélo électrique a connu une progression de 250% en Belgique. Des 400.000 vélos (tous types confondus) vendus chez nous chaque année, 50.000 sont électriques - soit un sur huit, indique la Confédération belge du Commerce et de la Réparation automobile et des secteurs connexes (Federauto).

La vente de vélos électriques sur le marché européen est évaluée à 690.000 par an. Et elle devrait atteindre les 3 millions d’unités en 2015. Avec une progression de 250% des ventes de vélos électriques en 2 ans, la Belgique a pris une longueur d’avance sur ses voisins, dont l’Allemagne, où une progression de 180% des ventes de ces vélos a été notée.

Des quelque 400.000 vélos vendus annuellement en Belgique, 50.000 sont électriques (contre seulement 20.000 en 2010), soit un sur huit, annonce la Confédération belge du Commerce et de la Réparation automobile et des secteurs connexes (Federauto) dans un communiqué. Le succès de ce type de vélo peut-être attribué à ses côtés "fun et novateur", estime Jean-François Dinant, porte-parole de Federauto.

Il existe deux types de vélos électriques, dont le prix moyen oscille entre 1.000 et 3.000 euros: le VAE, vélo à assistance électrique, et l'ebike, un vélo entièrement électrique équipé d'une poignée reliée à un moteur électrique.

Bien que l'utilisation de ces vélos soit assez simple, Federauto souligne l'importance de faire appel à un professionnel lors de l'achat. "Le choix de la batterie est déterminant", précise Jean-François Dinant. L'entretien requiert aussi un certain savoir-faire.

Un autre élément soulevé par Federauto est la difficulté pour un usager d'évaluer sa vitesse. "Un e-bike peut atteindre 30 km/h, ce qui peut être dangereux." Le cadre "technico-juridique" autour de l'utilisation de ces vélos n'est pas encore assez clair, estime également Federauto, qui propose quelques pistes de réflexion comme l'éventualité d'une courte formation lors de l'achat d'un vélo électrique.