Anvers ne tolère plus aucun cannabis

Quiconque sera pris en rue en possession de cette drogue dite douce, même s’il s’agit d’une quantité ne dépassant pas 3 grammes, sera sanctionné d’une amende de 75 euros, à payer immédiatement. C’est ce qu’indique un rapport interne de la ville d’Anvers, que les quotidiens Gazet van Antwerpen et Het Belang van Limburg ont pu consulter.
© Medicimage

A l’aube des élections communales de 2012, le parti nationaliste flamand N-VA avait basé une partie de sa campagne électorale à Anvers sur sa volonté de combattre très activement le commerce et la consommation de drogues sur son territoire. La coalition anversoise, menée par le bourgmestre Bart De Wever (N-VA), a tenu parole et s’est tout d’abord attaquée aux dealers.

Selon un rapport interne, les autorités communales ont maintenant l’intention de contrecarrer la consommation de drogues dites douces. Elles veulent donc sanctionner les détenteurs de cannabis qui seront pris en rue en possession d’un joint, quelle que soit la quantité de drogue qu’ils transportent - et donc même s’il s’agit de moins de 3 grammes. Les personnes prises en flagrant délit se verront infliger une amende de 75 euros, à payer immédiatement.

Les autorités anversoises appliquent ainsi une réglementation plus stricte que celle préconisée par la directive ministérielle. Celle-ci stipule que la détention d'une quantité de moins de 3 grammes de drogue douce par un majeur, pour sa consommation personnelle, ne doit pas être poursuivie.

"Pour un fonctionnaire de police, il est possible de différencier une personne avec une consommation problématique et une personne susceptible d'amende", précise le rapport interne. "On optera parfois pour un renvoi devant le tribunal correctionnel. Ce ne sera généralement pas pour exiger une peine de prison, mais en tant qu'atout afin de pousser la personne à se soigner."