L’enseignant enlevé en Syrie de retour en Belgique

Pierre Piccinin da Prata, l’enseignant de 40 ans dans un lycée wallon qui avait été enlevé en avril dernier en Syrie, a été libéré dimanche soir avec l’Italien Domenico Quirico, journaliste au quotidien La Stampa. Le Belge est arrivé ce lundi matin à l’aéroport de Melsbroek, où l’attendait notamment la ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet (photo, à dr.).

C’est le Premier ministre italien Enrico Letta qui a informé son homologue belge, par téléphone ce dimanche, de la libération en Syrie de l’enseignant Pierre Piccinin da Prata (photo) et du journaliste italien Domenico Quirico. Elio Di Rupo a ensuite divulgué l’information via Twitter. Les circonstances de la libération des deux hommes n’ont pas été précisées.

Piccinin et Quirico ont d’abord été emmenés à l’aéroport militaire de Rome. Le Belge atterrissait ensuite vers 5h40, ce lundi matin, à l’aéroport militaire de Melsbroek, où l’attendaient ses parents, la ministre de l’Intérieur Joëlle Milquet (CDH), le directeur du Centre de crise Jaak Raes, ainsi que des représentants de la police fédérale. L’enseignant « est en bonne santé et va maintenant prendre quelques heures de repos », indiquait le Centre de crise.

Enseignant de l'athénée de Philippeville, historien et politologue de formation, Pierre Piccinin da Prata a effectué de nombreux voyages en Syrie depuis le début du soulèvement populaire en 2011. D’abord partisan du régime de Bachar al-Assad, l’enseignant de 40 ans avait été invité en Syrie à deux reprises. Mais en 2012, il avait été arrêté et torturé par la police locale, en même temps qu’un groupe de rebelles. Il avait alors décidé de soutenir ceux-ci, indiquait il y a plus d’un an le quotidien français Le Monde.

Pierre Piccinin passait ses congés scolaires à voyager dans les zones de guerre. Il est l'auteur du livre "Avec les combattants en Syrie", paru en mai dernier. Porté disparu depuis mi-avril, il avait contacté sa famille début juin par téléphone pour la rassurer.