Action spontanée des douaniers à Brussels Airport

Les douaniers de l'aéroport de fret Brucargo ont lancé mercredi matin une action spontanée afin de protester contre un projet qui les verrait prochainement travailler selon un système de shifts et "pour un montant forfaitaire", annonçait Marc Nijs, secrétaire à la CSC Services publics SPF Finances. Ce jeudi, leur action se poursuit et touche également les passagers à Brussels Airport.

Les actions, du type grève du zèle, consistent à effectuer des contrôles minutieux sur les marchandises déchargées ou chargées dans les avions, ce qui est susceptible d'engendrer des retards.

Ce jeudi les douaniers ont étendu leur action de protestation aux contrôles de passagers.

Actuellement, les douaniers perçoivent une indeminité pour les heures supplémentaires et le travail de nuit ou de week-end, expliquait Marc Nijs. Mais tout cela est balayé par l'Arrêté royal du Secrétaire d'Etat à la Fonction publique, Hendrik Bogaert, sur le travail en équipe et les prestations irrégulières.

"L'objectif est que le personnel des douanes travaille prochainement (à partir du 1er janvier 2014) nuit et jour, sept jours sur sept, dans les ports et aéroports, selon un système de shifts et pour un montant forfaitaire fixe", indiquait ce mercredi le responsable syndical.

Les syndicats plaident pour un système de prime par équipe et pour une indemnité séparée pour le travail de nuit et de week-end. Les syndicats avaient prévu des actions mais ont été pris de court par l'action spontanée des douaniers qui a éclaté ce mercredi matin.

Les actions des douaniers coûtent des millions d'euros à l'aéroport de Zaventem, notamment parce qu'elles touchent le trafic de marchandises.

Ce jeudi, la direction de la douane affirmait que la grève du zèle est prématurée, parce que les négociations entre direction et syndicats sont encore en cours. Elles concernent notamment les primes pour le travail de nuit et le week-end.