L’adolescent qui veut devenir moine ne peut se rendre en Inde

Le jeune âgé de 15 ans et originaire de Flandre orientale (photo, à dr.) qui veut devenir moine bouddhiste n’est pas autorisé à quitter la Belgique, par décision du juge de la jeunesse de la cour d’appel de Gand. Giel voulait se rendre dans un monastère de moines tibétains en Inde, pour y suivre une formation de 15 ans. Le parquet de la jeunesse de Gand avait étudié jeudi sa situation familiale.

"Une enquête plus approfondie sera effectuée pour étudier la situation familiale et l'environnement dans lequel Giel vit et a grandi", indique un communiqué de la cour d'appel. Cette décision a cassé ce vendredi celle prise jeudi soir par le tribunal de la jeunesse de Gand, qui autorisait le jeune à partir.

"Ce juge de la jeunesse avait pris sa décision alors que toutes les questions n'avaient pas encore été posées", a réagi la mère de Giel après l'audience de vendredi devant la cour d'appel. "Nous étions très surpris ce matin, mais je suis convaincue que ces personnes ont fait de leur mieux."

"J'espère que je pourrai bientôt partir", a ajouté l'adolescent qui veut devenir maître bouddhiste en suivant une formation de 15 ans dans un monastère de moines tibétains en Inde. "Je crois sincèrement qu'on trouvera une solution, mais c'est une question de temps", a encore déclaré la mère de Giel, qui tente de rester positive. "Après la pluie, le beau temps. La pensée positive est un élément clé du bouddhisme. Je suis certaine que tout va finir par s'arranger."

La mère de l’adolescent gantois dément toute situation familiale ou une éducation problématique. "Il n'en est rien. S'il y avait eu des doutes là-dessus, d'autres mesures auraient été prises", selon cette maman qui pratique aussi le bouddhisme.

L'adolescent devait prendre l'avion de 16h00 ce vendredi à destination du Qatar, où un autre vol l'attendait ensuite pour New-Delhi. Son point de chute était le monastère bouddhiste Jonang Takten Phuntsok Choeling à Sanjauli (Shimla), dans le nord de l'Inde, près de la frontière avec le Tibet. Il est situé à 2.400 mètres d'altitude et au pied de l'Himalaya. Les moines devaient prendre le jeune en charge dès samedi.