Préavis de grève après l’agression d’un accompagnateur

Les organisations syndicales reconnues à la SNCB ont tenu une action symbolique et déposé un préavis de grève ce vendredi. Elles veulent la garantie, d’ici le 11 octobre, qu’un second accompagnateur de train sera prévu sur 4 lignes à problèmes en Flandre. Samedi soir, un accompagnateur a été agressé à Liedekerke.

Une quarantaine d’accompagnateurs de train de la SNCB ont rendu, dans la nuit de jeudi à vendredi, leur poinçonneuse de billets de train à la direction locale gantoise des chemins de fer. Ils continuaient néanmoins à contrôler les billets des passagers, mais d’une autre manière. Ils voulaient ainsi protester contre les agressions auxquelles ils sont de plus en plus confrontés pendant l’exercice de leur travail.

"Nous avons déjà enregistré cette année 700 cas d'agression contre notre personnel, dont 10% avec des conséquences graves", soulignent les syndicats. Ils pointent quatre lignes problématiques: l'ancienne ligne (omnibus) Gand-Bruxelles et les lignes Grammont-Enghien-Ath, Courtrai-Lille et Gand-Anvers.

Les syndicats réclament un second accompagnateur à bord des trains parcourant ces lignes. "En l'absence de promesses d'ici le 11 octobre, des actions seront menées", avertit Jozef Cnudde (CGSP-Cheminots). Un préavis de grève a d’ailleurs été déposé.

Depuis jeudi, la police des chemins de fer effectue des contrôles supplémentaires sur la ligne 50A, sur laquelle un accompagnateur a été agressé samedi soir à Liedekerke. Le service de sécurité Securail a également renforcé sa présence sur cette ligne.