"Arrêter Abou Jahjah à son arrivée en Belgique"

André Gantman, président du groupe N-VA au conseil communal d’Anvers, demande à la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom, de lancer une enquête sur Dyab Abou Jahjah lorsque ce dernier rentrera en Belgique. L’ancien dirigeant de la Ligue arabe européenne (AEL) a annoncé dimanche son prochain retour dans notre pays.

"Lors de son départ au Liban, Abou Jahjah avait indiqué qu’il comptait rejoindre le Hezbollah, une organisation terroriste", a indiqué André Gantman (petite photo) à la rédaction de la VRT. Notons que le Hezbollah est le parti chiite radical libanais. En juillet dernier, l’Union européenne a décidé d’inscrire la branche armée de ce parti sur la liste des organisations terroristes.

"Abou Jahjah doit être arrêté afin d’être questionné sur ses activités au sein du Hezbollah. Je demande à la ministre de la Justice de faire usage de son droit d’injonction positive une fois qu’il foule le sol belge", a-t-il ajouté.

Le droit d’injonction positive permet au ministre de la Justice en fonction d’ordonner au parquet que des poursuites soient exercées dans un cas particulier.

Dans le magazine Joods Actueel, André Gantman insiste sur le fait que l’affiliation à une organisation terroriste est condamnable. Selon lui, le refus du Royaume-Uni de laisser Abou Jahjah entrer sur son territoire constitue un antécédent. "Ce n’est pas possible qu’il soit interdit d’entrer dans un pays de l’Union et que dans un autre pays il puisse le faire impunément".

Le président du groupe N-VA au conseil communal d’Anvers craint en outre que Dyab Abou Jahjah ne reprenne ses activités dans en Belgique.

Les plus consultés