"Les services secrets britanniques ont espionné Belgacom"

L’intrusion du système informatique de l’opérateur de téléphonie Belgacom ne serait pas l’œuvre des services secrets américains de la NSA mais bien des services de renseignement britanniques. C’est ce que révèle l’hebdomadaire allemand De Spiegel qui a pu consulté des documents divulgués par Edward Snowden.

Cela ferait trois ans que les opérations d’espionnage du réseau Belgacom auraient été lancées. Le nom de code utilisé par les services secrets britanniques (GCHQ) dans le cadre de cette attaque informatique serait "OPERATION SOCIALIST".

Les services de renseignement britanniques auraient détourné plusieurs employés de Belgacom, à leur insu, sur des sites internet capables d'installer un virus sur leur ordinateur. Ils pouvaient ainsi infiltrer le réseau de Belgacom. Selon les documents datés d'Edward Snowden, consultés par Der Spiegel, GCHQ voulait espionner les utilisateurs de smartphones via le réseau.

Les documents révèlent par ailleurs que les hackers s'étaient déjà introduits dans le réseau de Belgacom depuis 2010.

L'entreprise avait elle-même annoncé lundi qu'elle avait été la victime d'une cyber-attaque. Belgacom avait découvert un malware sophistiqué dans son système IT. Le parquet fédéral avait précisé que la technologie utilisée indiquait "l'implication à haut niveau d'un autre pays". Les soupçons s'étaient alors tournés vers l'agence de renseignement américaine NSA.

Belgacom n'a pas souhaité réagir à information publiée par Der Spiegel.