A Dessel, des fûts radioactifs fuient

Un gel faiblement radioactif a fui de 5 fûts et a été découvert dans le béton de 40 autres fûts entreposés sur le site de Belgoprocess, l’entreprise de retraitement de déchets nucléaires située en région anversoise. C’est ce qu’indique le quotidien flamand De Morgen. L’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) affirme qu’il n’y a pas de danger de contamination, ni pour la santé publique.

Le béton de plusieurs fûts radioactifs entreposés sur le site de Belgoprocess, à Dessel (province anversoise), s'est mis à "mousser" et une substance gélatineuse anormale a été découverte dans une quarantaine d’autre fûts radioactifs entreposés sur le site. Cette substance proviendrait d'une réaction chimique au sein des matières destinées à "piéger" les déchets légèrement radioactifs.

L’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) affirme qu’il n'y a pas de danger de contamination, ni pour les travailleurs du site, ni pour les riverains. Les colis suspects ont été mis en quarantaine.

La substance gélatineuse a été détectée pour la première fois en février dernier, lors d'un contrôle de routine effectué par les experts de l'Organisme national des déchets radioactifs, chargés d'examiner les fûts entreposés à Dessel. Les contrôles ont été poursuivis sur ce type de fûts et au total, sur les 58 colis inspectés, 42 présentaient cette anomalie gélatineuse.

Pour Electrabel, gestionnaire de la centrale nucléaire de Doel d'où proviennent ces fûts, la substance serait issue d'une réaction interne au béton dans lequel les déchets sont immobilisés. Du côté de l'Agence de contrôle nucléaire, on indique que ce n'est encore qu'une hypothèse. "En tout cas, ça ne devrait pas arriver, ce n'était pas prévu. Cela pose des questions sur l'assemblage en béton."

Des experts enquêtent sur l'origine exacte du problème et la suite à lui donner. D'autres examens et contrôles doivent encore être réalisés. Chez Belgoprocess, on affirme que les fûts n’ont pas une fonction de sécurité. "Le système est construit de telle sorte que les déchets ne pourront jamais s’échapper de l’installation. Les fûts sont encore entourés du bâtiment, de telle sorte que nous pouvons garantir que rien ne s’échappera de l’installation", précise le porte-parole de Belgoprocess, Bart Thieren.

Quelque 7.000 fûts de déchets faiblement radioactifs sont entreposés à Belgoprocess. Ils sont contrôlés tous les 6 mois, après que de la rouille ait été découverte il y a 10 ans sur des fûts.

Les plus consultés