Accord sur le budget, sans nouveaux prélèvements

Le gouvernement fédéral a clôturé ce vendredi le troisième contrôle budgétaire de l’année, sans devoir prendre de mesures d’économies ou prévoir des impôts supplémentaires. Et cela grâce, notamment, à un surplus dans la sécurité sociale et au dividende de la banque résiduelle Fortis. Le gouvernement Di Rupo conserve aussi une réserve de quelque 230 millions d’euros.

Le gouvernement fédéral confirme ses objectifs européens, à savoir un déficit de 2,5% du produit intérieur brut (PIB) et une amélioration de 1% du solde structurel pour la Belgique. Il veut ainsi sortir de la procédure européenne de déficit excessif. La Commission statuera début 2014.

Au cours de ce troisième contrôle budgétaire de l’année, le gouvernement a réalisé un ajustement de 218 millions d’euros. Un montant qui correspond à des corrections techniques et des dépenses moins élevées que prévu en soins de santé.

Eurostat et l’Institut des comptes nationaux (ICN) ont également donné leur accord pour intégrer au budget les dividendes de 75 millions d’euros provenant de la vente de la Royal Park Investment, à savoir la banque résiduelle Fortis. A cela est venu s’ajouter un versement supérieur du Fonds monétaire pour 14,8 millions d’euros. Ce qui a permis au gouvernement fédéral de ne pas devoir prendre des mesures d’économies supplémentaires, ni imposer des taxes complémentaires, explique le ministre du Budget, Olivier Chastel (MR, photo principale).

La baisse des dépenses en soins de santé provient notamment des premiers effets de la campagne visant à sensibiliser à une utilisation rationnelle de l'imagerie médicale (7,4 millions d'euros), des efforts en biologie clinique (4,4 millions d'euros), et d'autres mesures comme celles visant les bandagistes (4,7 millions d'euros), a indiqué la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Laurette Onkelinx (PS, photo).

Les travaux budgétaires des derniers jours ont également permis d'augmenter la réserve dégagée pendant l'été. Celle-ci passe ainsi de 226 à 238 millions d'euros. Dès lundi, des groupes de travail s'attaqueront à l'élaboration du budget 2014. Le travail politique interviendra dans la foulée, l'objectif étant d'atterrir pour le 15 octobre.

La Belgique devra confirmer à la Commission européenne son intention d'atteindre un déficit nominal de 2,25% du PIB (pour l'entité I) et un solde structurel de 1,2%.