Lippens a-t-il trompé les actionnaires de Fortis ?

Maurice Lippens, l’ancien président de Fortis a encouragé les actionnaires a acheter des actions du bancassureur alors qu’il ressort d'un échange de mails entre des dirigeants de l'entreprise qu’il était très inquiet quant à l’avenir de Fortis.
BELGA/LALMAND

Il ressort d'un échange de mails entre des dirigeants de Fortis que le journal De Tijd a pu examiner que le président Maurice Lippens maniait en juin 2008 un double langage à propos de son entreprise. En interne, il se montrait inquiet de l'avenir du bancassureur et vis à vis de l'extérieur, il encourageait au contraire les gens à investir.
Fin juin 2008, Fortis a procédé à une augmentation de capital de 1,5 milliard, ainsi qu'à une série d'autres mesures afin de renforcer le capital de la société.

Dans un mail adressé au Jean-Paul Votron le 26 juin vers 1h du matin, Lippens exprime son inquiétude. "Toi et tes équipes -et peut-être moi aussi- allons être confrontés, dans les prochaines heures, à des questions énormes et existentielles pour l'avenir de Fortis", écrit-il dans ce courriel. "(...)  L'attention devrait uniquement être le sauvetage -et je pense réellement sauvetage- de Fortis"(...) Sois très prudent. Pas pour moi, mais pour Fortis."

Mais dans les jours qui suivent, il n'y a plus aucun signe du sentiment de quasi-panique de Lippens. Dans une interview accordée dans le cadre de l'émission "Terzake" (VRT), il affirme que des temps difficiles s'annoncent mais qu'il est optimiste quant à la reprise d'ABN Amro. "Nous avons acquis le plus beau joyau. Et nous disposons d'un matelas. Je dirais: mesdames et messieurs, investissez aussi vite que possible."

Interrogé fin août, Maurice Lippens disait: "J'étais inquiet à la veille de l'augmentation de capital, c'est vrai. Car, en tant que président non-exécutif, je n'étais que partiellement informé. J'ai été rassuré en cours de journée par les membres du management."

"C'est hallucinant !"

L'avocat Geert Lenssens (SQ Law) est le conseil du syndicat des actionnaires de Fortis. Il avait déposé plainte au pénal en 2008 au nom des actionnaires contre les administrateurs d'alors de Fortis, pour manipulation de marché. Cette affaire sera jugée la semaine prochaine. Une affaire au civil est également pendante.
"C'est hallucinant. Cela porte le discrédit sur tout le monde bancaire", affirme Me Lenssens à propos de l'échange de mails dont fait état L'Echo. "Cela amène de l'eau au moulin des actionnaires. Certainement s'il s'avère que les deux déclarations sont distantes de moins de 24 heures. Cela porte gravement préjudice à la confiance qui existe entre les entreprises et leurs actionnaires", estime-t-il.

Les plus consultés