"La Flandre sera une des régions les plus fortes après la crise"

Dans la Déclaration de septembre, qu’il prononçait ce lundi après-midi au Parlement flamand, le ministre-président Kris Peeters (CD&V, photo) a annoncé pour 1,16 milliard d’euros d’investissements à venir. Il estime que son gouvernement affiche un beau palmarès, malgré la conjoncture économique difficile, tout en soulignant que l'exécutif flamand ne peut "se reposer sur ses lauriers".

Peu de réelles nouveautés annoncées par le ministre-président flamand, ce lundi après-midi, dans sa Déclaration - assez courte - de rentrée politique du Parlement flamand. Kris Peeters a estimé que son gouvernement affichait un beau palmarès, malgré la conjoncture économique difficile, et affirmé qu’il poursuivrait sur le même chemin pour cette dernière année de législature.

Selon Kris Peeters, le gouvernement flamand a réussi à créer 48.000 emplois au cours des quatre dernières années, et cela malgré la crise financière. Le ministre-président a également souligné que son budget était en équilibre pour la quatrième année consécutive et que le gouvernement avait continué à investir, tout en réalisant des économies sur son propre fonctionnement. Et d’estimer que la Flandre "sera l’une des régions les plus fortes après la crise".

L'exécutif flamand ne peut cependant pas "se reposer sur ses lauriers", a aussi mis en garde Kris Peeters. "Notre ambition devra encore être revue à la hausse tant qu'un enfant, qu’un senior ou qu’une personne souffrant d’un handicap figurera sur une liste d'attente. Nous ne pourrons pas être satisfaits tant que d'importantes entreprises fermeront leurs portes."

Il annonçait des investissements à hauteur de 1,16 milliard d’euros pour les prochaines années, pour lutter contre le chômage des jeunes, mais aussi en faveur de la recherche et du développement, de l’infrastructure et de réductions structurelles d’impôts en faveur des entreprises. "De cette façon, nous soutenons nos propres petites et moyennes entreprises, et attirons en Flandre des investisseurs étrangers".

Le Pacte pour l'emploi et la concurrence constitue la priorité de cet automne, estime le ministre-président. "Le gouvernement fédéral va greffer ses propositions sur celles de la Flandre et des autres Régions. C’est une révolution copernicienne dans la pratique. C’est la façon dont nous devons faire des progrès". Kris Peeters a également pointé parmi les défis à venir l'implémentation de la sixième réforme de l'Etat.

Enfin, le ministre-président estime que les coûts salariaux et de l’énergie doivent être réduits de façon coordonnée, afin que les mesures prises par les différents gouvernements du pays puissent se renforcer mutuellement.