Un ancien manager de Delhaize soupçonné de corruption

L’ancien manager, principal suspect dans cette affaire et poursuivi par le parquet de Bruxelles, rédigeait des contrats de construction et de maintenance sur les sites du groupe belge. Il aurait exigé des pots-de-vin aux entrepreneurs qui voulaient travailler avec Delhaize. Le groupe s’est porté partie civile dans cette première affaire pénale pour corruption au sein d’une entreprise.

Le parquet de Bruxelles poursuit les auteurs d'une corruption qui s'est déroulée exclusivement au sein d'une entreprise - ce qui est une première en Belgique, écrivent les quotidiens L'Echo et De Tijd. Douze parties sont prévenues pour une corruption qui a duré de nombreuses années au sein du groupe de supermarchés Delhaize.

Le principal prévenu dans ce dossier est un ancien manager de Delhaize chargé de la rédaction de contrats de construction et de maintenance sur les sites du groupe en Belgique. Avec l'aide d'un ingénieur, il a exigé des pots-de-vin pendant plusieurs années aux entrepreneurs qui souhaitaient travailler avec Delhaize.

En plus de l'argent liquide (plusieurs centaines de milliers d'euros), les entrepreneurs devaient également lui offrir des voyages de complaisance, exécuter des travaux à son domicile ou lui offrir des tickets pour des compétitions sportives.

Un entrepreneur a reconnu qu'il achetait le principal prévenu depuis vingt ans, précisent encore les deux quotidiens. L'affaire passera le 8 novembre devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Les douze prévenus, dont cinq sont des entreprises impliquées, sont poursuivis pour corruption, fraude, faux en écriture et association de malfaiteurs.

Le groupe Delhaize, qui a découvert les faits, s'est porté partie civile.