La période d’essai disparaît pour les ouvriers et employés

A la suite de l’harmonisation des statuts entre ouvriers et employés, la période d’essai pour un nouvel emploi sera supprimée dès 2014. Selon le bureau d’intérim Randstad, les demandeurs d’emploi peu qualifiés et les allochtones auront alors moins de chance sur le marché du travail. Le Syndicat Neutre pour indépendants annonce aussi une baisse des recrutements dans les PME.

La période d'essai doit permettre, tant à l'employeur qu'au travailleur, d'apprécier si leur relation de travail correspond bien à leurs aspirations et à leurs besoins. L'employeur peut ainsi juger, notamment, des qualités professionnelles de son nouveau travailleur et de son intégration dans le milieu du travail, le travailleur pouvant apprécier pendant cette période ses conditions de travail et l'intérêt de sa tâche.

La durée de cette période se situe actuellement, en moyenne, entre 7 et 14 jours pour les ouvriers et entre 1 et 6 mois pour les employés, indique le Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale.

Selon la ministre fédérale de l’Emploi, Monica De Coninck (SP.A, photo), la période d’essai professionnel ne sera plus nécessaire. Elle est avant tout pratique actuellement pour l’employeur puisque pendant la période d’essai, un ouvrier peut être licencié sans préavis ni indemnité de licenciement. Les employés ont, eux, droit à un préavis d’une semaine durant leur période d’essai.

Mais en vertu de l’harmonisation des statuts, ouvriers et employés auront droit dès 2014 à un préavis de 2 semaines pendant leurs trois premiers mois.

Moins de recrutements ?

Le bureau d’intérim Randstad n’est pas d’accord avec la ministre De Coninck. Il craint que les personnes peu qualifiées et les allochtones auront alors moins de chances sur le marché de l’emploi. « Autrefois, il n’y avait pas de préavis pour les ouvriers », explique Jan Denys. « Maintenant, il faudra leur payer au moins 2 semaines de salaire. Pour les petites entreprises, cela constituera un frein ».

Le Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI) estime également que la disparition de la période d’essai entraînera une baisse des recrutements dans les PME et chez les entrepreneurs indépendants qui occupent du personnel. "Le licenciement leur coûtera plus cher et cela alors que le coût salarial est déjà énorme et pèse lourdement sur les PME et micro-entreprises", indique Christine Mattheeuws du SNI.

"Cette décision est totalement incompréhensible et préjudiciable pour les PME et les indépendants. A l'heure actuelle, ils ont beaucoup de difficultés à trouver du personnel qualifié. Les PME et indépendants n'ont pas souvent d'autre choix que d'engager un candidat moins qualifié et de voir si cette personne est compétente. La période d'essai est idéale pour voir si le candidat correspond vraiment au profil recherché."