1.600 pigeons belges de compétition saisis en Chine

La Chine a bloqué deux livraisons d’un total de 1.613 pigeons de compétition vendus par des éleveurs colombophiles belges à de riches amateurs chinois. Leur valeur totale est évaluée à 2,7 millions euros. Après intervention des Affaires Etrangères, 401 pigeons ont entretemps été libérés. Il s’agirait d’une affaire de fraude et de chantage.
© Crown/Solent News & Photo Agency

Parmi ces oiseaux de compétition figure Bolt (photo), l'oiseau le plus cher du monde, que son propriétaire belge a vendu pour 310.000 euros, en mai dernier, à un amateur chinois.

Une première commande de 401 pigeons, estimée à une valeur de 1,7 million d'euros, avait quitté la Belgique en juillet. Les oiseaux ont passé plusieurs semaines saisis en douane à Pékin. Une fraude serait soupçonnée au niveau des factures. Une solution les concernant a finalement pu être trouvée dimanche passé, après intervention des Affaires Etrangères belges.

Une seconde commande de 1.212 pigeons belges est par contre encore saisie à Pékin.

Les droits d'importation de ces pigeons s'élèvent à 10% et la TVA à 13%. Le montant à payer sur un champion comme Bolt est par exemple de 75.330 euros. Les douanes chinoises s'interrogent parce que les pigeons leur ont été déclarés comme valant 99 euros chacun. Les vendeurs belges certifient pourtant que les pigeons ont été déclarés à leur vraie valeur. Ils se disent victimes d'intermédiaires peu scrupuleux.

Selon les vendeurs belges, un chantage est exercé sur les pigeons de compétition. Ils ont ainsi reçu de Chine une demande de payer 750.000 euros. Une demande qui est ensuite tombée à 460.000 puis 400.000 euros. Sans dessous-de-table, les pigeons ne seraient pas livrés aux clients chinois mais revendus dans le circuit. Les Belges ont exigé des documents officiels, mais ne les ont jamais obtenus.

Les Affaires étrangères ont confirmé qu’elles tentent de clarifier la situation, en collaboration avec l’ambassade de Pékin, dans un dossier qualifié de complexe.