L’examen d’anglais pour les professeurs reporté d’un an

Le nouvel examen linguistique imposé aux professeurs d’écoles supérieures ou d’universités flamands qui enseignent en langue étrangère - le plus souvent l’anglais - sera finalement organisé en 2014/15. Le gouvernement flamand veut ainsi éviter les discussions et éventuels remplacements difficiles d’enseignants. Les 10 à 20% de professeurs qui n’ont pas réussi le test en août dernier, et ceux qui ne se sont pas présentés au premier examen linguistique, reçoivent dont un sursis.

Un décret flamand prévoit que les professeurs d’écoles supérieures ou d’universités qui souhaitent donner cours dans une autre langue que le néerlandais doivent présenter un examen destiné à prouver leur connaissance de cette langue, afin de garantir la qualité du cours. Ceux qui échouent doivent en principe renoncer à donner le cours dans cette langue étrangère. La plupart du temps il s’agit de l’anglais.

L’introduction de cet examen a suscité de nombreux débats. Le reproche a notamment été fait à certaines universités, comme l’Université Catholique de Louvain, d'avoir préparé un test trop facile pour ses professeurs. Il s’est en outre avéré qu'entre 10 et 20% des professeurs qui ont pris part à l’examen linguistique organisé en août dernier ne disposaient pas du niveau requis.

Certains professeurs n'ont tout simplement pas présenté l'examen. Ils seraient 107 sur les 1.993 professeurs qui auraient dû passer le test, indiquait le quotidien De Morgen. La question a été discutée et tranchée ce vendredi au sein du gouvernement flamand.

Pour couper court au débat, ce dernier a finalement décidé de reporter l'entrée en vigueur de la nouvelle exigence linguistique au second semestre de l'année académique 2014-2015, a indiqué le ministre flamand de l’Enseignement Pascal Smet. Ceci devrait permettre aux professeurs concernés de mieux se préparer.