Le gouverneur Decaluwé s’attaque à la mafia albanaise

Des exploitants de cafés dans plusieurs communes de Flandre occidentale seraient victimes de ressortissants albanais qui leur extorquent de l’argent, en échange d’une protection. Le gouvernement flamand et la justice ont entamé une action contre ces criminels, qui sera coordonnée par le gouverneur de la province, Carl Decaluwé.

Le phénomène d’escroquerie dirigé contre le secteur Horeca en Flandre occidentale est apparu d’abord à Roulers et Izegem, avant de s’étendre à d’autres communes de la province. Il s’est dans un premier temps agi de bagarres, avant de devenir du chantage et de l’extorsion d’argent en échange d’une protection.

Beaucoup de gens seraient au courant de ces pratiques, dont se rendrait avant tout coupable la mafia albanaise, mais personne ne veut les dénoncer publiquement, de peur de représailles. « Nous avons posté davantage de policiers », explique le bourgmestre Bert Maertens de la commune d’Izegem. « La problématique a ainsi été limitée, mais elle s’étend apparemment aussi à d’autres communes ». De réelles preuves feraient encore défaut.

Ce vendredi, des représentants de la zone de police locale et du parquet de Courtrai se sont concertés sur la façon de mettre fin aux agissements de la mafia, qui s’étendraient aussi à la vente de stupéfiants. Une enquête a été ouverte.

Le gouverneur de Flandre occidentale, Carl Decaluwé (photo), s’est dit prêt à coordonner l’action. « Ce qui veut dire que nous devons bien localiser le problème, en collaboration avec toutes les zones locales de police. Les problèmes de criminalité transfrontalière (avec la France), que nous tentons de résoudre, ont démontré que nous sommes capables de mener à bien cette collaboration », précisait le gouverneur.