La Rue Neuve muée en vrai quartier commerçant

La plus grande rue de magasins de Bruxelles doit devenir en quelques années tout un quartier commerçant, qui soit attirant de jour comme de nuit, pour faire revivre et redynamiser cette partie de la capitale, proche de cinémas et de l’opéra de La Monnaie. Le projet a été présenté ce lundi par l’échevine bruxelloise des Affaires économiques, Marion Lemesre (MR), et l’échevin de l’Urbanisme et du Patrimoine, Geoffroy Coomans de Brachène (MR).
BELGA

Le nouveau projet urbanistique pour la rue Neuve de Bruxelles et ses alentours directs sera développé en collaboration avec les associations de commerçants, d'habitants et de quartier jusqu'à fin janvier 2014. Le master plan est prévu pour février 2014. Le début des travaux, par phases, est annoncé pour le courant de 2015.

Le budget est évalué actuellement à 3 millions et demi d'euros.

A l'origine de l'idée de réaménager cette artère commerçante plébiscitée, qui atteint un flux moyen de 43.000 piétons par jour, il y a le projet avorté de construire une toiture à la rue. "Pour que ces piétons deviennent des clients, il faut développer une identité commerciale forte, d’autant plus que la concurrence en périphérie se développe", estime Marion Lemesre (MR), échevine des Affaires économiques.

Les choix d’aménagement s'orientent vers un revêtement au sol coulé, pour remplacer les pavés actuels et laisser à nouveau les regards flâner à hauteur des vitrines.

"Notre fil conducteur : le passage d'une rue à un quartier commerçants », résume Geoffroy Coomans de Brachène (MR), échevin de l'Urbanisme et du Patrimoine. « Les artères latérales ne seront plus seulement des artères de transit."

Une verdurisation verticale des façades est envisagée. La réouverture de la galerie Hirsch, un passage sur le toit du grand magasin Inno ou encore l'éclairage du passage Nord sont déjà proposés. Cette redynamisation du commerce s'accompagnera d'un réinvestissement des logements aux étages, afin que la rue revive hors des heures d'ouverture. « Les gens doivent avoir envie de se rendre dans le nouveau quartier commerçant même après les heures d’ouverture des magasins », conclut Marion Lemesre.