A nouveau moins de dons aux ONG belges

Les organisations non-gouvernementales agréées et membres d’une des deux fédérations flamande ou francophone du secteur ont reçu l’an dernier 115 millions d’euros en dons de particuliers. Cela représente une diminution de 8,5% par rapport à 2011. C’est ainsi la deuxième année consécutive que la somme totale des dons de particuliers est enregistrée à la baisse.

La Fédération francophone et germanophone des ONG de développement (ACODEV) précise que malgré une diminution de 8,5% du montant total des dons de particuliers pour des organisations non-gouvernementales belges en 2012, « le montant reste tout de même supérieur aux dons reçus en 2008 et 2009, années où la crise économique et financière a commencé ».

C'est la deuxième année consécutive que les associations concernées voient baisser la somme totale des dons de particuliers. Selon ACODEV, ce serait simplement dû à la générosité exceptionnellement élevée des Belges en 2010, causée par le tremblement de terre en Haïti (photo).

Les chiffres d'ACODEV et de son pendant flamand ngo-federatie proviennent du site ong-livreouvert.be, que les deux fédérations mettent à disposition de leurs membres désireux d'y indiquer en toute transparence leurs données, entre autres financières, dans un souci d'information au public. Les ONG qui y sont reprises ont été reconnues par la Direction Générale de la Coopération au Développement (DGCD).

Sans compter les deux fédérations elles-mêmes, quelque 107 ONG sont actuellement répertoriées en Belgique par la DGCD. Elles mettent en œuvre des programmes dont le budget total tourne autour des 350 millions d'euros par an (apport privé, subventions belges et européennes confondues).

En 2011, deux tiers des dépenses étaient destinés aux pays les moins développés, comme l'Ethiopie, Haïti ou encore le Burundi, indique Johan Cottenie, le directeur de la ngo-federatie. Les pays aux revenus moyens sont ensuite les plus soutenus par les ONG belges, à savoir l'Egypte, l'Afrique du Sud et le Brésil, notamment.