La Belgique rend hommage à Wilfried Martens

Des centaines de personnes ont assisté aux funérailles de l’ancien Premier ministre et président du Parti Populaire Européen, Wilfried Martens, célébrées ce samedi matin en la cathédrale Saint-Bavon de Gand (Flandre orientale). Parmi elles, plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement et responsables européens. Celui qui dirigea pas moins de 9 gouvernements belges a reçu un dernier hommage d’état.

L’ancien Premier ministre et ministre d’Etat Wilfried Martens est décédé le 9 octobre dernier, à l'âge de 77 ans. Champion de longévité à la tête de gouvernements, il en dirigea neuf entre 1979 à 1992, traversant plusieurs années de crise, avant de se tourner vers le Parlement européen et d’assurer pendant de longues années la présidence du Parti Populaire Européen (PPE).

Wilfried Martens recevait en la cathédrale Saint-Bavon de Gand des funérailles d'état, organisées avec l'accord de ses proches. Son cercueil a été porté par des militaires et un représentant du Palais royal assiste à la cérémonie.

De très nombreuses personnalités belges et étrangères étaient présentes à la cathédrale. Parmi elles le Premier ministre Elio Di Rupo (PS), Wouter Beke, président du parti démocrate-chrétien CD&V (héritier du CVP que Martens à lui-même présidé), ainsi que les anciens Premiers ministres Jean-Luc Dehaene et Yves Leterme.

Témoins de l’inlassable militantisme pro-européen de Wilfried Martens en tant que président du Parti Populaire Européen - qu'il avait souhaité pouvoir présider jusqu'au prochain scrutin -, la chancelière allemande Angela Merkel et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso étaient également présents et ont pris la parole avec émotion au cours de la cérémonie. Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, assistait aussi aux funérailles, et s'est adressé au défunt en plusieurs langues.

La cérémonie était célébrée par l’évêque de Flandre orientale Luc Van Looy. A la demande de Miet Smet, la 3e épouse de Martens, le chanteur Johan Verminnen a interprèté l’une de ses mélodies les plus connues, « Laat me nu toch niet alleen » (que l’on peut traduire en français par ‘Ne me laisse quand même pas seul’).

La dernière apparition publique de Wilfried Martens avait eu lieu le 21 juillet dernier, sur le parvis de la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule, à l'occasion du Te Deum pour la Fête Nationale et de la succession royale au trône d'une Belgique devenue fédérale - un modèle que l’infatigable homme politique avait toujours défendu.