Première mission économique pour la princesse Astrid

Prenant le relais de son frère aîné Philippe, devenu roi le 21 juillet, Astrid (photo principale) préside cette semaine une mission belge qui emmène plus de 300 dirigeants d’entreprises et représentants des pouvoirs publics en Angola et Afrique du Sud. Décidée il y a 2 ans par les trois Régions du pays et l’Agence fédérale du commerce extérieur, cette mission doit renforcer notamment les liens des deux pays miniers d’Afrique australe avec le secteur diamantaire anversois.

La princesse Astrid est accompagnée en Angola et en Afrique du Sud par le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, les ministres-présidents flamand Kris Peeters (photo) et wallon Rudy Demotte, ainsi que les ministres Ingrid Lieten (Flandre), Jean-Claude Marcourt (Wallonie) et Céline Frémault (Bruxelles). Rudy Demotte devait faire de dimanche à mardi un détour par le Burundi, pour une visite officielle dans le cadre de la coopération francophone belge avec ce pays qui commémore ce lundi les 20 ans de l'assassinat de Melchior Ndadaye, son premier président démocratiquement élu.

La mission économique doit notamment servir à renforcer les liens entre les deux pays miniers d'Afrique australe et le secteur diamantaire anversois. Il y sera question du processus de Kimberley, l'organisme de contrôle et de lutte contre les "diamants de la guerre", dans lequel la Belgique a pris une part prépondérante.

Sorti il y a dix ans d'une guerre civile qui le ravageait depuis son indépendance en 1975, l'Angola- pays pétrolier très dépendant des fluctuations internationales des marchés - a fortement ressenti les effets de la crise économique sur ses recettes d'Etat et entrepris de diversifier son économie, notamment vers le diamant. Mais l'exploitation pétrolière, représentant la moitié du PIB du pays, reste le premier secteur visé - de dimanche à mardi - par la mission belge, avec notamment un projet de nouveau terminal dans le port de Soyo (nord), principale région pétrolière du pays, auquel participent des entreprises belges.

Des contrats et accords commerciaux seront également signés avec les pouvoirs publics et des firmes de l'ancienne colonie portugaise.

L'entrepreneur Besix est ainsi impliqué dans un important projet de dépollution, BICS (la filiale des transports internationaux de Belgacom) renforcera ses liens avec l'opérateur local Unitel pour les connexions roaming 4G, les Ostendais de Brevisco (pêche, aquaculture et dérivés) créeront une joint-venture avec une des principales holdings angolaises, l'agence flamande à l'investissement et au commerce (FIT) installera une antenne dans la capitale Luanda et TSE (Technique Spéciale d'Exportation, filiale de TSE Belgique, déjà très présente en Angola avec un millier d'employés) s'engagera dans deux nouveaux projets d'infrastructures hospitalières et d'industrie.

La Belgique porte d’entrée du commerce d’Afrique australe ?

Avec l'Afrique du Sud, c'est la première puissance économique du continent que touchera de mardi à samedi la mission économique princière, qui visite tous les trois ans les pays émergents (BRICS) comme elle le fera encore fin novembre en Inde.

La Belgique ambitionne d'être la porte d'entrée du commerce d'Afrique australe en Europe, raison pour laquelle le Port d'Anvers (photo) renforcera ses liens avec Transnet, le gestionnaire des sept ports commerciaux d'Afrique du Sud. Le secteur diamantaire anversois sera là encore au centre des séminaires, dans un pays qui a longtemps présidé le processus de Kimberley.

Les firmes belges auront aussi le souci de répondre aux ambitions de l'économie sud-africaine qui, au-delà des secteurs traditionnels de commerce que sont le transport, les infrastructures et la logistique - la firme belge Applitek d'analyse industrielle y installera un hub régional - , se focalise désormais sur l'énergie renouvelable.

Le pays, venant d'une production d'électricité assurée à 92% par le charbon, vise une réduction de 34% de ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020. La nécessaire diversification passe par le nucléaire - Westinghouse Electric Company, active dans la maintenance de l'industrie nucléaire, signera un accord avec une entreprise sud-africaine -, ainsi que le vent et le soleil (Tractebel, Electrawinds). La firme EcoNation de Gand vise une exclusivité sur quatre pays d'Afrique australe pour la vente de ses capteurs et diffuseurs de lumière naturelle.

En coopération universitaire, la mission mettra notamment l'accent sur le Belgian Campus, une haute école ICT créée par des Belges à Pretoria et qui fournit nombre de programmeurs.
Dans ce pays très touché par le VIH-sida et la tuberculose, la princesse Astrid apportera son soutien à un projet - clandestin à ses débuts, mais désormais reconnu - de Médecins sans Frontières dans le bidonville de Khayelitsha, initié par le Belge Eric Goemaere.