"Combattre en Syrie est devenu moins sexy"

D’après le bourgmestre de Vilvorde, Hans Bonte (SP.A), aucun jeune n’a quitté la commune du Brabant flamand ces derniers mois pour rejoindre la rébellion qui combat le régime de Bachar el-Assad. "Combattre en Syrie est devenu moins sexy", déclare-t-il.

Selon Hans Bonte, différentes raisons expliquent le fait que les nouveaux combattants ne quittent plus sa ville. "D’un côté, le groupe de jeunes prédisposés à la radicalisation n’est pas infiniment grand, mais d’un autre côté, la lutte en Syrie est tout simplement devenue moins attrayante". D’après lui, les images et les messages qui nous parviennent de Syrie montrent un comportement des rebelles qui a peu de lien avec le bon comportement des musulmans.

Le bourgmestre de Vilvorde espère que la tendance à partir est définitivement derrière nous. "Les jeunes commencent à comprendre que c’est une folie pure de gâcher sa vie dans de telles affaires", souligne-t-il. La commune brabançonne a récemment engagé une personne responsable de la coordination des mesures pour contrecarrer la radicalisation de certains jeunes musulmans. Mais selon Hans Bonte, la situation actuelle est surtout le résultat du travail des organisations.

Le nombre précis de jeunes originaires de Vilvorde présents en Syrie demeure inconnu. "Il est quasi certain qu’ils sont une vingtaine actuellement", indique Hans Bonte, ajoutant que d’importants éléments indiquent qu’ils seraient toutefois plus nombreux.