Le père fouettard, un symbole raciste ?

Le comité des droits de l'homme de l'ONU enquête sur le caractère potentiellement raciste du "Père Fouettard" qui accompagne Saint Nicolas lors d'une célébration traditionnelle pour les enfants, a annoncé samedi un journal néerlandais. En Belgique, le directeur du Centre pour l’Egalité des Chances, Jozef De Witte, estime que la discussion est exagérée.
BELGA/DIRKX

Une commission du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, qui a envoyé un questionnaire aux Pays-Bas en début d'année, doit présenter ses conclusions le mois prochain, selon le NRC Handelsblad dans son édition du week-end.

Le Père Fouettard ou "Zwarte Piet" en néerlandais, accompagne traditionnellement Saint Nicolas lors d'un festival qui se tient le troisième samedi de novembre, lors de son "arrivée" aux Pays-Bas, en provenance d'Espagne, sur un bateau chargé de cadeaux. Le personnage est très connu aussi en Belgique où la fête de Saint-Nicolas est très populaire.

Mais le personnage de Zwarte Piet, affublé d'un costume médiéval clinquant, coiffé d'une perruque afro, et dont le visage est peint en noir, a fait l'objet d'une polémique ces dernières années, ses détracteurs le considérant comme un stéréotype raciste.

"Selon les informations que nous avons reçues, l'image du Pierre noir perpétue une vision stéréotypée du peuple africain et des personnes d'origine africaine qui apparaissent comme des citoyens de seconde zone", selon un courrier, daté de janvier, et publié samedi sur le site web de NRC.

Question sensible

Le problème est sensible, et les esprits s'échauffent à propos de ce personnage, dont les détracteurs disent qu'il est une réminiscence de l'esclavage dans les colonies hollandaises.

Jeudi, 21 plaintes officielles contre le Père Fouettard ont été enregistrées avant une audience à Amsterdam, où il a été demandé à la ville de révoquer son permis pour la tenue du festival cette année. Le maire Eberhard van der Laan va statuer sur ce permis début novembre, a indiqué son porte-parole Tahira Limon.

Mais les partisans du Père Fouettard ont demandé à ce qu'on laisse les enfants profiter des fêtes de Saint Nicolas, dont la tradition dans le pays remonte au 16e siècle, avec une première apparition de Zwarte Piet dans les années 1850.

"Un discours exagéré"

Interrogé lors de l’émission "De ochtend" sur les ondes de Radio 1 (VRT), le directeur du Centre pour l’Egalité des Chances, Jozef De Witte, a souligné qu’aucune forme de racisme intentionnel et punissable tournait autour du Père Fouettard. Il a toutefois appelé à un débat de société serein sur les anciennes traditions populaires.

Pour Jozef De Witte, il est nécessaire de se demander s’il est raisonnable de présenter les personnes de couleur comme des personnes bêtes et méchantes, mais la manière dont le débat est mené est "exagérée". "C’est comme si éclaircir cette affaire mènerait à l'éradication du racisme dans le monde", souligne-t-il.

Le directeur du Centre ajoute en outre que Zwarte Piet n’est pas noir de peau. "Il est noirci par la suie", précise-t-il.