Des photos plongent Jan Jambon dans l’embarras

L'émission de la VRT Terzake a diffusé jeudi des photos du chef de groupe N-VA à la Chambre, Jan Jambon, lors d'une réunion de l'amicale d'extrême droite Sint-Maartensfonds en 2001. Le parti nationaliste flamand et le principal intéressé n’ont pas souhaité réagir.

La présence de Jan Jambon à cette réunion d'extrême droite n'est pas en soi un fait nouveau. Le leader de l'Open Vld Karel De Gucht l'avait déjà révélé lors de la campagne électorale de 2007.

Mais le Nieuw-Solidaristisch Alternatief (N-SA), un groupuscule d'extrême droite, a publié jeudi un communiqué avec une série de photos du membre de la N-VA. Sur l'une d'elles, le jeune Jan Jambon tient un discours pour le Sint-Maartenfonds, une amicale d'entraide au profit d'anciens combattants du front de l'Est. Sur les autres clichés, Jan Jambon écoute un discours de Jean-Marie Le Pen, à l'époque président du parti d'extrême-droite français Front National.

A Terzake, Peter de Roover, ancien président du Vlaamse Volksbeweging (VVB), a relativisé la présence de Jan Jambon à cette réunion. Selon lui, l'événement se tenait la veille d'une importante manifestation contre l'accord du Lambermont et Jan Jambon, en tant que membre du VVB, souhaitait mobiliser tous les nationalistes flamands.

D'après Peter de Roover, le N-SA souhaite simplement discréditer la N-VA. Lors de la publication de son communiqué, le groupuscule d’extrême droite a en effet dénoncé le fait que le parti de Bart De Wever s’est détourné de ce qu’il appelle les "principes des militants de droite". Le groupe se plaint également d’autres faits liés à la N-VA, relevant par exemple les déclarations de Siegfried Bracke, qui a récemment qualifié le drapeau flamand de chiffon.

Depuis la diffusion des photos par la VRT, la N-VA et Jan Jambon n’ont pas souhaité réagir.