B-Fast n’a pas encore atteint les zones sinistrées

L'Airbus A330 de la Défense a quitté l’aéroport militaire de Melsbroek, vers 2h ce lundi en direction des Philippines. Avec quelque 60 personnes et 40 tonnes de matériel, B-Fast amène une première aide aux sinistrés. Par ailleurs, les Affaires étrangères étaient toujours sans nouvelle lundi soir de 120 Belges, dont une cinquantaine se trouvent dans les zones les plus touchées par le typhon,

Une soixantaine de secouristes belges, français et luxembourgeois ont quitté lundi matin à l'aube l'aéroport militaire de Melsbroek à destination des Philippines. L'avion, chargé de 40 tonnes de matériel, a fait arrêt à Bakou et Calcutta et devrait arriver à destination lundi vers 23 heures (heure belge).
On ignore encore s’il pourra atteindre les zones dévastées. Les chaussées sont jonchées d’objets ce qui complique l’arrivée de l’aide humanitaire.

Plus de 10.000 personnes ont perdu la vie lors du passage du typhon Haiyan mais on redoute de voir ce chiffre augmenter encore. De plus, un demi-million de personnes sont sans abris.. B-Fast est une équipe d'intervention rapide capable de réagir suite à des catastrophes naturelles survenues à l'étranger.

La Croix Rouge Flamande (Rode Kruis Vlaanderen) a ouvert un compte (000-0000053-53) pour rassembler des fonds pour la population des Philippines victime de cette catastrophe naturelle. 100.000 euros ont déjà été débloqués."Nous pensons que les Belges vont réagir en versant de l'argent comme ils l'avaient fait suite au tsunami de 2004. Il y a en effet de nombreux points communs entre cette catastrophe et celle du tsunami" a déclaré Axel Vande Veegaete de Rode Kruis Vlaanderen.

Toujours sans nouvelle de 120 Belges

Les Affaires étrangères étaient toujours sans nouvelle lundi soir de 120 Belges, dont une cinquantaine se trouvent dans les zones les plus touchées par le typhon.
Les Affaires étrangères ne disposent pour l'heure d'aucune indication concernant la situation de ces ressortissants belges, et continuent d'essayer de prendre contact avec eux.
Près de 800 Belges vivent de façon quasi permanente aux Philippines, touchées par un typhon d'une extrême violence, qui aurait fait plus de 10.000 morts selon certaines estimations. Les Affaires étrangères belges ont décidé dimanche matin d'ouvrir un centre d'appel de crise.