Dejaeger plaide coupable pour 8 des 76 abus sexuels

Le procès, attendu pendant de longues années, du prêtre belge Eric Dejaeger accusé de nombreux abus sexuels commis sur des enfants de la communauté inuite entre 1978 et 1982 a commencé lundi matin à Inaquit, capitale du territoire de Nunavut, dans le Grand nord canadien. L'homme a plaidé coupable de 8 des 76 charges pour lesquelles il est poursuivi. Le prêtre n'a pas souhaité comparaître devant un jury et a choisi la procédure devant un juge unique.

Eric Dejaeger, âgé de 65 ans, s'est présenté devant le tribunal vêtu du costume bleu marine des prisonniers, d'une parka verte et d'un chapeau. Il porte une longue barbe grise et de fines lunettes. Au cours de ce premier jour d'audience, le tribunal a entendu les récits de témoins évoquant des faits allant de l'attouchement au viol, parfois sordides quand une victime a expliqué avoir été menottée aux barreaux d'un lit ou une autre a affirmé qu'elle a vu le prêtre forniquer avec son chien.

La durée du procès était estimée à dix semaines mais la reconnaissance par Eric Dejaeger de 8 des 76 charges retenues contre lui pourrait réduire celle-ci à 5 semaines. Plus de 40 personnes devraient témoigner, à raison de 3 ou 4 par jour, a expliqué le procureur Doug Curliss. La tâche ne sera pas simple dans ce territoire de 2 millions de km2 où l'hiver rend les déplacements difficiles.

Malgré une température frisant -20 degrés, de nombreux journalistes canadiens, issus tant de médias locaux que nationaux, et belges étaient présents lors de ce premier jour d'audience et se sont massés dans l'entrée du tribunal du Palais de justice de Nunavut lorsqu'Eric Dejaeger est apparu encadré par la police.

Le prêtre belge s'est exilé au Canada dans les années 1970 dans le but de convertir les Inuites au christianisme. Il s'est installé dans la communauté inuite d'Igloolik et de Baker Lake, dans le nord du Canada. En 1990, il a été condamné à cinq ans de prison pour abus sexuel sur mineurs mais a été libéré après 18 mois de détention. En 1995, à la suite du dépôt de neuf nouvelles plaintes, Eric Dejaeger a pris la fuite et est revenu, dans la clandestinité, en Belgique. Notre pays l'a extradé vers le Canada en janvier 2011. Depuis lors, de nombreuses plaintes se sont ajoutées.