Louis Michel : "Je n’ai signé aucun de ces amendements"

Suite à une enquête de la VRT - pour l’émission "Panorama" de la chaîne télévisée Canvas - sur le lobbying impliquant l’eurodéputé belge, qui aurait déposé 158 amendements défavorables à la protection de la vie privée, Louis Michel (photo) a témoigné de son innocence. Il a affirmé que c’est l’un de ses collaborateurs qui a déposé ces amendements, à son insu. Ce collaborateur a remis sa démission ce jeudi.

La chaîne de télévision Canvas (VRT) diffuse ce jeudi soir (dès 21h35) un reportage sur la véritable guerre des lobbys menée actuellement au Parlement européen en préparation de la loi européenne sur la vie privée.

Alors que les autorités européennes veulent mieux protéger la vie privée des citoyens de l’Union, de grandes entreprises tentent de limiter l’impact de cette loi. Les intérêts sont grands, car des entreprises telles que Facebook ou Google peuvent réaliser des gains énormes grâce aux données privées de leurs clients, indique notamment le reportage de la VRT.

Les parlementaires européens ont déposé plus de 3.000 amendements contre le projet de loi. Le reportage de la VRT a également révélé que l’eurodéputé belge Louis Michel aurait été l’un de ceux qui ont déposé le plus d’amendements défavorables à la protection de la vie privée. Le quotidien De Morgen ajoutait ce jeudi que pas moins de 158 amendements défavorables ont été déposés au nom de Louis Michel et qualifie de « douteux » le rôle de l’eurodéputé.

Confronté à cette information, Louis Michel s’est montré très surpris et a affirmé ne rien savoir des amendements. Selon l’eurodéputé belge, c'est son collaborateur qui a reçu "et collecté de manière quasi exhaustive" des demandes de divers acteurs avant de parfois simplement les recopier telles quelles, alors que lui-même emmenait une mission d'observation électorale au Mali. Ce collaborateur les a ensuite introduits par voie informatique sans en avertir Louis Michel, qui selon ses dires ignorait jusqu'à l'existence de cette voie d'introduction d'un amendement.

"Je suis connu pour ma position ultra-défensive en faveur de la vie privée", a fait valoir Michel, « Je n’ai jamais vu, ni su, ni signé physiquement aucun de ces amendements ». Ce jeudi matin, Louis Michel disait ignorer encore l'avenir de sa collaboration avec l’assistant avec lequel il travaille depuis plusieurs années. "Je n'avais jamais eu à me plaindre de lui jusqu'ici", a-t-il commenté.

L’assistant de Michel remet sa démission

Ce jeudi après-midi, l'assistant parlementaire de Louis Michel remettait sa démission. Il a confirmé à l'agence Belga avoir effectivement déposé les amendements sans que le député ne soit au courant, en raison de "délais à respecter".

Luc Paque indique avoir "rencontré des personnes qui (lui) ont fait part de préoccupations" au sujet de la législation à l'examen. Il a jugé "bon de les relayer", mais "n'a pas l'impression d'avoir été instrumentalisé". "J'ai déposé cela en toute bonne foi", affirme le collaborateur de Louis Michel. Les personnes rencontrées ne sont pas des entreprises individuelles, mais des associations, comme notamment la FEB et Agoria, indique l’assistant.

Entretemps, Louis Michel a retiré des dizaines d’amendements introduits par son collaborateur aujourd’hui démissionnaire.