Annick De Ridder quitte l’Open VLD pour la N-VA

La parlementaire flamande Annick De Ridder quitte les libéraux de l’Open VLD pour les nationalistes de la N-VA. "Quand je vois comment l’Open VLD approuve la politique du gouvernement Di Rupo je ne peux plus me reconnaître dans ce parti", a-t-elle déclaré. Bart de Wever, le président de la N-VA s’est réjoui de ce transfert.

Au lendemain du "congrès d’avenir" des libéraux flamands, la parlementaire flamande Annick De Ridder a annoncé lundi son passage à la N-VA.

Annick De Ridder, âgée de 34 ans et originaire d'Anvers faisait partie des libéraux flamands depuis 15 ans. Comme présidente des jeunes Open VLD, elle s’était fait remarquer pour son opposition virulente au droit de vote des étrangers non-européens.

Annick De Ridder siégeait depuis 2004 au nom des libéraux au Parlement flamand. De 2007 à 2011, elle avait également été conseillère communale à Anvers et chef de groupe Open VLD au conseil communal, avant de mettre sa carrière politique en veilleuse au niveau local. Elle avait toutefois continué à siéger au parlement flamand, tout en menant une activité de consultante pour l'entreprise logistique Katoen Natie.

Elle a décidé à présent de passer chez les nationalistes flamands de la N-VA. Elle reproche à l’Open VLD d’approuver la politique d’augmentation des taxes du gouvernement Di Rupo.
"Je ne me reconnais plus dans la manière avec laquelle l'Open VLD applique le libéralisme", a ajouté Annick De Ridder.

Elle a indiqué souscrire en revanche à la vision de la N-VA, qui a présenté son programme économique et institutionnel pour les élections du 25 mai prochain. "Ce projet m'attire", y compris dans la vision confédéraliste du parti de Bart De Wever, a-t-elle souligné.

Le bureau de la N-VA a approuvé dès lundi l'adhésion de l'ex-Open VLD.