20% des familles ne parviennent à nouer les deux bouts

Après 5 ans de crise économique, 43% des 1.300 familles interrogées lors d’une enquête de Test-Achats affirment se retrouver parfois à court d’argent avant d’avoir perçu le salaire ou l’allocation mensuels. Une famille sur cinq se trouve même régulièrement dans cette situation.

L’enquête de l’association de défense des consommateurs Test-Achats indique que les 20% de familles qui sont régulièrement confrontées à un manque d’argent en fin de mois sont contraintes de limiter leurs dépenses, comme les frais médicaux, les vêtements, les loisirs ou la nourriture.

S’il est vrai que la situation financière des foyers est encore plus difficile en Italie, en Espagne et au Portugal, pas moins de 4% des familles belges vivent dans une réelle pauvreté. "Ce sont des familles qui n'ont pas de revenu pour payer le loyer, leur électricité, les factures de gaz et les soins de santé essentiels", précise Test-Achats, qui a fait appel à environ 1.300 familles pour son enquête.

La crise semble avoir fragilisé différents groupes de manière disparate. 15 % des ménages doivent ainsi se débrouiller avec moins de 1.500 euros par mois (alors que les dépenses mensuelles moyennes s'élèvent à 2.210 euros), mais plus de la moitié des familles déclare connaître une situation financière plus difficile qu'il y a 5 ans. Seulement un répondant sur cinq environ dit ne pas avoir de soucis financiers.

Influence sur la vie sociale

Pour une grande partie des personnes questionnées, la nécessité de couper dans les dépenses ne reste pas sans conséquences, indique Test-Achats. La santé, les relations sociales et la vie de couple sont affectées dans de nombreux cas. Pas moins de 18 % des répondants parlent d'isolement social dû à leur situation financière peu brillante.

"On le comprend aisément puisque près de la moitié des répondants doivent réduire les dépenses liées aux loisirs comme aller au cinéma ou à un concert, aller boire un verre avec des amis". Environ 16% des Belges interrogés considèrent en outre que la crise se répercute aussi sur leur couple.

Si la situation financière des Belges se dégrade globalement, "il faut cependant relativiser", nuance Test-Achats. "Le revenu net moyen d'un ménage belge (2.819 euros) reste suffisant pour couvrir les dépenses mensuelles moyennes (2.210 euros)."

La moyenne cache néanmoins d'importantes disparités géographiques: 2,2% des ménages flamands vivent dans la pauvreté, contre 5% des ménages à Bruxelles et 7,2% des familles en Wallonie. Les familles italiennes, espagnoles et portugaises interrogées dans le cadre de cette enquête semblent avoir des difficultés financières encore plus prononcées que la moyenne des Belges.