Même les échafaudages du palais de justice doivent être rénovés

Les échafaudages utilisés depuis 2005 pour faciliter les travaux de rénovation du célèbre bâtiment bruxellois de 1866, qui s’éternisent depuis 30 ans, sont rouillés et représentent un danger pour les passants. Ils ont en plus été placés sans permis d’environnement.

Le mauvais état des échafaudages qui entourent de très longue date le palais de justice de Bruxelles a fait l’objet d’un débat, ce vendredi, au Parlement bruxellois. Selon la parlementaire Annemie Maes (Groen), la situation témoigne "d'un manque de respect du gouvernement fédéral pour notre capitale". Les travaux de rénovation et de sécurisation du bâtiment historique ont été entamés dans les années 1980.

Les échafaudages actuels ont été installés en 2005, mais sans permis d’environnement et sont donc illégaux. La Régie des bâtiments a tenté en 2010 de régulariser la situation, mais en vain. Une procédure en appel est encore en cours, pour obtenir un renforcement des échafaudages existants et le placement de filets de sécurité.

La Régie des bâtiments a entretemps décidé d’engager un nouveau bureau d’architectes pour la rénovation des façades du palais de justice dessiné par Joseph Poelaert. Même si ce bureau pouvait reprendre les travaux de rénovation au milieu de l’an prochain, il faudra encore plusieurs années avant que la réfection et sécurisation du bâtiment de 26.000 m² de style éclectique ne soient terminées.