Tine Van Rompuy rejoint officiellement le PTB

"Contrairement à mes frères (Herman et Eric) – j’ai choisi d’être proche des gens, a déclaré Tine Van Rompuy dans une interview au journal du dimanche De Zondag. Tine Van Rompuy, soeur du président du Conseil européen Herman et du député flamand Eric, rejoint officiellement le PTB, sur les listes duquel elle a déjà figuré, en tant que candidate indépendante. "Herman s’occupe d’autres choses, comme le pouvoir".
BELGA/VIDAL

"Tine Van Rompuy, prépensionnée, a décidé de devenir membre actif du parti d’extrême-gauche, après plusieurs élections en tant que candidate indépendante. Elle défend l'idée d'une taxe sur les millionnaires, d'une circonscription fédérale et de soins de santé abordables", selon le communiqué du parti. Son rôle pour les élections du 25 mai 2014 n'a pas encore été déterminé.

Selon Tine Van Rompuy, ses frères ne sont pas encore au courant de son affiliation officielle au PTB. "Depuis plusieurs années déjà, nous avons cessé d’essayer de nous convaincre l’un l’autre de changer d’idées politiques" a-t-elle déclaré dans De Zondag. "On nous a inculqué les mêmes valeurs chrétiennes, mais contrairement à mes frères j’ai choisi de rester proche des gens. Le CD&V a perdu ce réflexe".

Selon elle, l’Europe doit devenir plus sociale qu’elle ne  l’est aujourd’hui. "Ils (mes frères) disent qu’ils s’en occupent mais je ne remarque rien". La candidate PVDA admet avoir déjà discuté de ces sujets avec son frère Herman "mais il ne prend pas les décisions tout seul. Il doit aussi défendre d’autres intérêts. Il s’occupe d’autres choses comme le pouvoir".
En ce qui concerne les prochaines élections du 25 mai, elle rêverait bien d’un siège parlementaire pour elle-même. Selon les récents sondages, son parti pourrait au moins obtenir deux sièges. Elle défend surtout l'idée d'une taxe sur les millionnaires. "80% des Belges estiment que ce serait une bonne idée", déclare-t-elle, avec cet argent nous pourrions atténuer les effets de la crise pour les gens ordinaires".

"Je suis moi-même partisane d’une circonscription fédérale afin que Flamands et Wallons puissent voter pour des candidats de l’autre partie du pays. Je trouve cette séparation croissante de la Wallonie et de la Flandre ridicule" a-t-elle ajouté.