L’Unesco protège les pêcheurs de crevettes d’Oostduinkerke

L’Organisation des Nations Unies a mis la pêche de crevettes à cheval sur la liste du Patrimoine culturel immatériel, lors de sa réunion annuelle qui se tenait à Bakou, en Azerbaïdjan. Les pêcheurs d’Oostduinkerke figurent déjà depuis 2009 à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel de la Flandre.

La pêche de crevettes à cheval, qui se trouve depuis 2009 à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel de la Flandre, a été présentée à la commission d'experts du Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco par la ministre flamande de la Culture, Joke Schauvliege (CD&V), en 2010. Les pêcheurs de crevettes à cheval avaient reçu la visite et le soutien du roi Albert II en juin dernier, lors de sa dernière visite officielle.

Le comité de l'Unesco souligne que la pêche de crevettes à cheval montre l'importance des traditions locales qui lient les gens, les animaux et la nature en mettant l'accent sur le respect du développement durable et la créativité humaine.

La tradition flamande perpétrée jusqu’à nos jours par les pêcheurs d’Oostduinkerke (Flandre occidentale) est vieille de plusieurs siècles et a fait l’objet de représentations sur d’anciens tableaux et photographies. Oostduinkerke est d’ailleurs le seul endroit d’Europe où les crevettes sont encore pêchées à cheval.

"Notre commune pratique la pêche de crevettes à cheval depuis les années cinquantes", indique le bourgmestre d'Oostduinkerke, Marc Vanden Bussche. "Avec la reconnaissance de l'Unesco, nous aurons la responsabilité de transmettre ce métier aux générations futures. Nous sommes fiers qu'il y ait eu peu de doutes autour de notre candidature à Bakou."