La mode belge brille à Hong Kong

A l’occasion de la Semaine Business of Design à Hong Kong, où la Belgique est mise à l’honneur, la maison de mode anversoise A.F. Vandevorst a présenté des bottes d’une valeur de 2,3 millions d’euros, couvertes de diamants et d’or. Ce projet qui a immédiatement fait parler de lui devait aussi servir à promouvoir les produits belges d’exportation que sont les diamants, le design et la mode.

La paire de bottes en cuir de veau est décorée de 38.883 diamants de couleur fourmis et de 4,7 kilos d’or. Le tout évalué à 1.527 carats et un prix de 2,3 millions d’euros. L’artiste multimédia chinoise Yi Zhou a eu l’honneur de les présenter ce mercredi soir à Hong Kong, au cours de la Semaine Business of Design.

La reine Mathilde, le ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V), le vice-ministre-président wallon Jean-Claude Marcourt, le ministre des Affaires Etrangères Didier Reynders (MR), ainsi que des stylistes et designers belges étaient présents à la cérémonie.

« Ce fut un immense succès. Je suis incroyablement content », réagissait le créateur de mode anversois Filip Arickx. Avec sa partenaire An Vandevorst - avec laquelle il a créé en 1998 la maison A.F. Vandevorst -, Arickx a passé 30.000 heures de travail à réaliser cette création hors du commun. Les diamants ont été fournis par le diamantaire indo-anversois Diarough.

Le gouvernement flamand avait alloué fin novembre dernier des subsides à hauteur de 175.000 euros à Diarough. Ce qui suscite maintenant des critiques. « Ces subsides - alloués à la suite d’une décision ministérielle - sont destinés à couvrir une partie des coûts liés à l’événement de grande envergure à Hong Kong, et pour la réalisation d’un projet croisé entre le secteur du diamant et celui de la mode en Flandre », précise un communiqué officiel des autorités flamandes.

Subsides critiqués

Le député flamand Lode Vereeck (LDD, photo) se montre critique face à ces subsides. « Il y a d’autres projets dans notre société qui pourraient donner un élan à notre économie. Pour 175.000 euros, on peut offrir à six personnes handicapées les soins les plus intenses possibles, pendant un an. Il y a de meilleures façons de dépenser cet argent », indiquait le député dans les quotidiens De Morgen et Het Laatste Nieuws.

Le chef de fraction SP.A Bart Van Malderen va interroger le ministre-président Kris Peeters « sur l’origine des diamants et le retour économique de ces subsides ».

Claire Tillekaerts, administratrice de Flanders Investment and Trade, précise qu’il s’agit de subsides pour des événements-niche, pour financer le transport, l’organisation et l’assurance. L’argent n’a pas servi à financer les bottes ni les diamants. « Ces coûts-là ont été pris en charge en privé par le secteur de la mode et du diamant », explique Tillekaerts.

Elle souligne que le projet connait un grand succès. « Il y avait 60 journalistes étrangers présents à la cérémonie à Hong Kong, et notamment CNN, Vogue et Elle ont parlé des bottes belges ».